Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 959 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

BEYROUTH (Spoutnik) – Les milices kurdes et le gouvernement syrien ont conclu un accord sur le déploiement des forces armées syriennes dans le district syrien d’Afrin, ont rapporté jeudi les médias libanais.

 

18 Février 2018

Il n’y a pas c’est le moins que l’on puisse dire les mêmes échos sur la relation des Kurdes avec la Syrie vu du côté russe et du côté français. Ces contacts s’ils ont lieu et ils ont vraisemblablement lieu, comme on lieu les contacts entre israéliens et Russes, reposent non seulement sur l’intervention militaire russe mais aussi et surtout une intense activité diplomatique russe qui tente de créer un dialogue entre la Syrie et ses voisins, au-delà de la seule influence iranienne et en jouant l’équilibre des forces. La Russie connaît des succés relatifs, en effet les Etats-Unis pèsent de tout leur poids pour qu’une solution négociée dans laquelle les droits des kurdes, mais aussi des palestiniens seraient reconnus n’intervienne pas ayant choisi l’OTAN et les saoudiens. Alors que c’est ce que veut Moscou. Pour le moment, en empêchant les membres de leur coalition de participer aux négociations, les USA ont un pouvoir de nuisance, mais ce qui ne peut se réaliser officiellement existe en sous main.

 

(traduction et note de danielle Bleitrach)


La décision a été prise dans le but de protéger le district et de contrer les attaques de la Turquie ou de ses alliés à Afrin, a rapporté le diffuseur Mayadeen, citant une source ayant une connaissance de la situation.

 

Une source familière avec la situation a déclaré jeudi à Spoutnik que les forces armées syriennes entreraient dans le territoire près de la frontière avec la Turquie dans le district d’ Afrin dans les prochains jours.

 

« L’accord a été conclu sur le déploiement des forces armées syriennes à la frontière syro-turque à Afrin dans le nord d’Alep dans les prochains jours, »a conclu l’accord entre le gouvernement syrien et les Kurdes .

 

Cependant, le département d’Etat américain n’est pas au courant d’un accord qui devrait voir les forces armées syriennes entrer dans l’enclave d’Afrin dans le nord de la Syrie, a déclaré un porte-parole à Spoutnik. »Non, je ne le sais pas », a déclaré jeudi le porte-parole du département d’Etat lorsqu’il a été invité à commenter un accord qui ouvre la voie à l’entrée des forces armées syriennes dans Afrin.

 

La Turquie a mené une campagne militaire rameau d’olivier  contre les forces kurdes à Afrin depuis janvier. L’enclave est contrôlée par les unités de protection du peuple (YPG) soutenues par les États-Unis, que Ankara considère comme une filiale du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), désigné comme une organisation terroriste en Turquie et dans plusieurs autres pays.

 

Damas a fermement condamné les actions d’Ankara, le ministère syrien des Affaires étrangères qualifiant la campagne de violation de la souveraineté du pays.

 

L’OTAN est satisfaite de l’opération militaire de la Turquie en Syrie

 

Jeudi, le ministre turc de la Défense, Nurettin Canikli, a déclaré lors de la session ministérielle de l’OTAN à Bruxelles que l’Alliance n’avait soulevé aucune objection à l’opération militaire du rameau d’olivier , en cours à Ankara .

 

« Le secrétaire général de l’OTAN a toujours été l’un de ceux qui ont une position très positive sur notre lutte contre les menaces extérieures et je lui en suis reconnaissant. » Il n’y a pas d’attitude négative du secrétaire général à rameau d’olivier Les Etats acceptent également nos activités en Afrin de manière compréhensible, et il n’est pas question de la demande de l’OTAN de mettre fin à l’opération « , a déclaré Canikli aux journalistes turcs à Bruxelles, cité par le diffuseur NTV.

 

Le responsable a ajouté que l’alliance militaire avait appelé Ankara à s’abstenir de tout recours disproportionné à la force lors de ses activités dans le nord de la Syrie.

Par ailleurs, le Premier ministre turc Binali Yildirim a déclaré jeudi qu’Ankara s’attendait à ce que ses alliés soutiennent plus activement la lutte contre le PKK et le Parti de l’Union démocratique du Kurdistan syrien (PYD) et YPG. « En fait, les YPG sont la branche syrienne du PYD / PKK, ce qui est confirmé par les services secrets britanniques et américains, dont le but principal est de violer la paix dans la région et de créer de nouveaux champs de bataille. Ankara espère un plus grand soutien des alliés », a déclaré Yildirim lors d’une conférence conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin, citée par l’agence de presse Anadolu.

 

Le Premier ministre a également exprimé l’espoir que l’Occident montrerait la même détermination à éradiquer le PKK, le PYD et les YPG, comme il la démontré  dans la lutte contre Daech.

 

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.