Les absents ont toujours tord...surtout quand le débat est politique ...et le peuple présent

Les absents ont toujours tord...surtout quand le débat est politique ...et le peuple présent

 

Publié le 11 Février 2018

 NDDL, épilogue ? 

 Des dizaines de milliers de personnes

 ont convergé,

 samedi sur la ZAD,

 pour célébrer la victoire

 contre le projet d’aéroport.

Les absents ont toujours tord...surtout quand le débat est politique ...et le peuple présent

Tous les observateurs s'accordent à relever le nombre, la jeunesse la diversité le côté brillamment et bruyamment festif du rassemblement sur le site de la ZAD ce 10 février et les préoccupations de celles et ceux qui avaient fait le déplacement.

 

Rappelons-nous comment le P"c"F s'est ruiné dans le Finistère autour du dossier Plogoff. Comment il a fallu vaincre (rôle alors de la JC pour bousculer quelques caciques) plus que des timidités pour être présent sur le Larzac où seul l’opposition à la vocation d'appoint à l'arme nucléaire au sein de l'Otan (c'était déjà positif quand on sait son option pour l'arme nucléaire) lui faisait prendre position contre l’extension du camp militaire.

 

Les questions que posent les acteurs de ces Zones à Défendre ne sont pas des exotismes mais des questions de fond : quelle politique énergétique, quel aménagement du territoire ? quelle politique industrielle, agricole ? 

 

Quelle conception non réactionnaire de la ruralité et dans tout cela quelle organisation collective de la société et ses outils légaux sociaux pour mener ces chantiers

 

Il se trouve que sans que des réponses du 21e siècle soient par miracle écrites par des prophètes inspiré ces questions sont celles que dès le 19e siecle principalement Marx et Engels ont posé en interpellant la société en identifiant les cause des blocages, Marx précisant que l'humanité ne se pose de question que celles auxquelles il peut apporter des réponses.

 

Prétendre penser la transformation sociale en tournant le dos à ces mouvements pointe des comportements dinosauriaux confirmant l'extinction d'une espèce incapable de comprendre le mouvement de la société et donc de construire avec ces mouvements, pas hors d'eux des réponses par eux élaborées.

 

Pour autant certains de plus en plus nombreux identifient les causes, cherchent des issues qui bousculent cet État capitaliste qu'il y a 99 ans les révolutionnaires travaillaient à subvertir en préparant la construction de ce qui sera le ¨PCF.

 

NDDL en est l'exemple frappant alors que les forces vives du mouvement ouvrier les organisations au plus près des gens dénonçaient la construction de l'aéroport, les caciques régionaux et nationaux du P"c"F s'alignaient derrière Vinci (sera-t-on un jour en attente de quel retour?) 

 

Quand le peuple s'écarte ce n'est pas lui qui se trompe.

 

Brecht avait aussi élégamment et brillamment  brocarder ceux qui sous d'autres cieux proposaient de changer le peuple quand il se trompait.

 

Ces doctes diagnosticiens ont été porteurs de la configuration avancée d'un effondrement, mur compris, qui les a submerger.

 

Noyés dans les flots réinstallant le triomphe du capital de par leur éloignement du peuple et les pratiques antidémocratiques antagoniques à la visée communiste ils portent ainsi la majeure responsabilité.

 

Ne tirant aucune leçon de l'histoire, ils étaient absents à NDDL, ils n'ont pas eu le courage politique d'aller vers le peuple la jeunesse.

 

Ils démontrent ainsi qu'il n'y a pas d'issue possible avec eux et que la construction noon pas d'un guide mais d'un outil politique anticapitaliste à disposition du combat est à l'ordre du jour.

 

Les absents ont toujours tord...surtout quand le débat est politique ...et le peuple présent

 

Les absents ont toujours tord...surtout quand le débat est politique ...et le peuple présent

 

Rédigé par Canaille le Rouge