Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 949 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Allons au devant de la vie… A des dirigeants trentenaires…

Allons au-devant de la vie… A des dirigeants trentenaires…

 

 

11 Février 2018

Hier j’ai vu passer un prise de position collective dans l’humanité, il s’agissait de jeunes dirigeants et élus communistes qui prétendaient apporter un nouveau souffle à leur parti. Etre jeune ce n’est pas un métier, mais là il s’agissait d’un cri, ceux qui refusaient que leur parti s’enfonce dans la nuit de la vieillesse et de l’impuissance.

 

Cette prise de position était parfois confuse, il y avait une sorte de catalogue des bons sentiments et intentions, tout ce qui était énoncé ne faisait pas de vagues et relevait tout de même d’une recherche de consensus, mais il y avait aussi l’affirmation de l’essentiel, la volonté de rester communiste, donc pour moi d’assumer la totalité de ce que nous sommes et avons été. Cela change déjà du discours insupportable de l’actuel secrétaire du PCF et c’est un pas en avant que l’on ne saurait négliger. Cela va avec le refus de l’effacement de notre parti à chaque élection et ce depuis des années autant que cette revendication à la totalité de ce que nous sommes.

 

Je ne connais pas ceux qui ont signé ce texte, mais je suis sûre qu’il y a dans leur histoire, leurs parents, leurs grands parents quelqu’un qui les a convaincu d’être communiste et ils ont tous adhéré à un parti qui aujourd’hui leur paraît ne plus exister, dont il ne reste que des traces, mais ils savent à quel point on aurait besoin de ce parti là, à quel point elle est la vraie modernité.

 

Certes  le mot bilan n’était pas prononcé mais tout le texte en relevait ainsi que d’une demande de stratégie et il ne s’agissait pas toujours selon les méthodes de l’actuel secrétaire de cuisine électorale mais bien d’une intervention action des couches populaires, de la jeunesse sur une situation qui se dégrade de jour en jour parce que le capital fait ripaille.

 

Cela allait également avec un autre constat, le refus de la dispersion, l’épuisement dans des « chantiers » que personne ne mène jusqu’au bout qui était une autre ligne force de cette sympathique proclamation.

 

Ce genre de texte est peut-être de ceux qui ne me rend pas totalement pessimiste, ça et la conscience que les choses ne peuvent demeurer en état, que notre pays, que ses travailleurs, ses exploités, sa jeunesse, n’en peut plus et qu’il faudra bien trouver les voies d’une autre politique avec des communistes prêts à se battre.

 

Danielle Bleitrach

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.