Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1454 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Jamais le parti communiste français n’a été si éloigné des masses. Parti du peuple ?

Contribution au congrès

Jamais le parti communiste français n’a été si éloigné des masses. Parti du peuple ?

, par  Michel Capron

pdf | 
 
Jamais le parti communiste français n’a été si éloigné des masses.

 

Nous en payons le prix, autant que ceux et celles, le prolétariat à qui nous ne parlons plus.

 

Nous nous sommes empêtrés depuis un demi siècle dans des stratégies de rassemblement à la petite semaine, ne sachant plus ce qu’un frigo vide veut dire, nous ne parlons plus à une jeunesse condamnée avant même qu’elle n’est vécue.


L’on nous dira que le monde évolu et que nous devons suivre, mais c’est bien cette part de communisme cette garantie sociale qui est aujourd’hui remise en question et cela se fait cruellement sentir.

 

Électoralement parlant nous partons de loin 2 -3%, mais historiquement, culturellement nous sommes les plus proches du mécanisme de pensée de la classe ouvrière.

 

Le capitalisme triomphe et la guerre est à nos portes, osons dire, faisons la démonstration que nous sommes le parti de la paix.

 

Disons que plus que jamais la société a besoin d’un parti communiste fort.

 

Rassemblons nous d’abord nous les communistes, allons chercher ceux et celles qui le sont et qui "l’ignorent".

 

La société leur appartient et c’est avec eux que nous devons la construire.

 

Michel Capron Section de Clermont L’hérault 34


Suite aux commentaires, Michel Capron souhaite ajouter ce paragraphe à sa contribution :


Ma contribution au congrès a apporté une observation et c’est tant mieux. 


Je suis de ceux qui pensent que la confrontation est tout le contraire de l’affrontement.


Ne pensez ici que je tombe dans un angélisme béat, certes il pleut aujourd’hui,mais ce n’est pas cette dernière qui m’a apporté. 


J’aurai toujours du mal à haïr ceux et celles que j’ai tant aimés, mais je prendrai grand plaisir à me confronter avec eux.

 

Si les communistes sur des bases d’éradication du capitalisme, des bases de paix ce qui d’ailleurs va de pair ne parlent plus à ceux et celles qui sont partis-es où que nous estimons fesant fausse route c’est à désespérer de tout. 


Pour ma part, j’estime qu’une des principales raisons de vivre du parti communiste français est de rassembler. 
Encore faudrait-il commencer par les notres.

 

Voilà ce que je voulais préciser sans polémique aucune, ce sentiment qui habite mon intériorité communiste.

 

Fraternellement 


Michel Capron

 

Documents joints


Vos commentaires

 

  • Le 5 février à 13:19, par pedrito

  • En réponse à : Jamais le parti communiste français n’a été si éloigné des masses.

  •  

    • On ne peut plus rassembler les absents, c’est ce qui fait la "force" des liquidateurs du Parti, Laurent, Vieu, et consorts..........


      Le 5 février à 17:56par Dechamps

      En réponse à : Jamais le parti communiste français n’a été si éloigné des masses.

       

      • Bonjour, ce n’est pas tout à fait vrai, il y a ceux qui ont quitté le parti a cause de l’abandon des principes marxistes, ce sont les plus nombreux, j’en ai été, je suis revenu, et ceux qui l’ont quitté parce que le parti n’est plus un parti de combat des luttes ouvrières, qu’il est devenu un parti qui ne pense plus politique un parti de politiciens d’alliances pour les combines électorales il reste encore une toute petite différence avec la social-démocratie, pour combien de temps, car c’est bien ce que tente de lui faire devenir ceux qui détiennent le pouvoir à la tête du PCF. C’est la dernière marche ... à nous de les en empêcher !


        Quand je suis devenu communiste, ou plutôt, quand j’ai adhéré au PCF 1959 c’est la guerre d’Algérie qui m’y a poussé ,je n’avais rien dit a mon père (militant communiste qui avais eu des responsabilité dans la Résistance) il l’a apprit, il en était très heureux et il m’a dit ceci : " Tu sais Michel c’est une grande responsabilité que tu viens de prendre , dans la Résistance nous avons mis sur pied un grand programme nous avons commencé à le mettre en œuvre à la Libération ,mais le capitalisme est encore très puissant il fait tout et fera toujours tout tant qu’il aura des leviers et moyens pour empêcher la mise en œuvre de ce programme , il dépendra de vous les jeunes pour que ce programme soit appliqué et surtout de l’ enrichir la France prendra alors le même chemin que la Russie un grand pays socialiste comme l’Union Soviétique , alors le socialisme gagnera d’autres pays voisins la puissance du socialisme fera qu’il ne sera jamais vaincu il imposera la paix à tout le monde. " Ses paroles résonnent toujours dans ma tête, malheureusement cela ne c’est pas passé comme çà !


        Le 5 février à 18:38, par pedrito

        •  

          En réponse à : Jamais le parti communiste français n’a été si éloigné des masses.

        • Partir....Revenir.....Puis repartir, et ne plus revenir, ruminer sa déception de communiste seul envers et contre tout, parce qu’on ne supporte plus de parler dans le vide, parce que comme au ps il y a un énorme décalage entre les discours des dirigeants et les actes devenus trahisons, entre ceux qui refusent les combines électoralistes d’appareil et ceux qui en font leur métier. C’est tout ! La démocratie de l’alternance à sens unique a creusé sa propre tombe, où sont enterrés les espoirs trahis de millions de travailleurs. 


          Appelez çà de l’amertume, mais trop c’est trop. Il y a quarante ans bientôt, la Hte Garonne comptait un ou deux conseillers généraux communistes. J’aurais pu être le troisième avec Doumeng, Garripuy, c’était quand même mieux que de se coucher devant Bénito, comme l’appelaient les vieux radicaux, mais la "discipline républicaine" bien mal nommée nous a obligé à nous désister devant ce mec de droite devenu socialiste pour un problème de déviation de la RN 113 qui coupait son jardin, et qui n’avait donc de gauche que l’étiquette opportuniste, dictateur notoire, et qui pendant quarante ans de règne à la tête du CG eut ensuite tout loisir de construire ses réseaux qui enfermèrent le Parti dans une quasi clandestinité.


          Je pense que des cas comme le notre il doit y en avoir des milliers.


          Assez de compromissions avec des pseudo défenseurs de la classe ouvrière qui finissent TOUJOURS par trahir, les multiples trahisons débouchant finalement sur la démobilisation populaire que l’on déplore aujourd’hui.


          Le 5 février à 17:30, par ichel Berdagué

          En réponse à : Jamais le parti communiste français n’a été si éloigné des masses.

    • Bonjour Camarades,

    • Il n’ y a qu’ une direction c’ est celle des communistes rassemblés et organisés dans le Parti Communiste.

    • Il y a des secrétaires à différents échelons , cellules , sections ....national.


      C’est un rappel à chaque fois nécessaire surtout lorsque nous voyons lors de cette réunion de travail des communistes ce samedi 3 février 2018 à Paris et région parisienne se terminant en plénière à Montreuil, que certains intervenants s'autorisent à se déclarer dirigeantes, sous prétexte qu’ils sont au secrétariat national.


      La direction ce sont les communistes qui forts du matérialisme dialectique et du matérialisme historique, des formations suivies dans le Parti élaborent et analysent du vécu dans chaque cellule , section ..pour déterminer une stratégie, bien sûr politique pour non seulement combattre ce capitalisme en stade suprême du XXI e siècle, où le financier capitaliste en impérialisme donneur d’ordres aux monopoles privés capitalistes de production qui se regroupent à la vitesse de la lumière 300 000 km/s en nous projetant dans le trou noir de sa propre chute, - de rappeler les analyses d’Yves Dimicoli et de Frédéric Boccara à savoir la crise majeure du capitalisme/ impérialisme sans précédent inscrite dans une fourchette 2017 ...  2019.


      Nous sommes en plein dedans...


      C’est dire que les communistes doivent être prêts.


      Or pour le moins nous ne le sommes pas 


      Et pourtant des travaux fondamentaux sont là à portée de lecture et de réunions comme le livre de Bernard Friot - Vaincre Macron - La Dispute, où sont exposées les analyses de la réalité du réel comme jamais, un livre de bilans, de synthèses, d’ explications de décryptages... à lire en urgence ... 

       

      Le camarade Bernard Friot est intervenu aux ateliers, travail, emploi à Malakoff, avec la présence d’un camarade de la commission économique qui en grand malheur dépassait à plusieurs reprises le temps accordé, le double de Bernard Friot pour exposer le programme " officiel " qui est en réalité syndical et peu politique communiste d’ où le réformisme pointant, contrairement au salaire à vie avec les cotisations et sa Caisse d’ investissements, monnaie et des salaires géré par le salariat, c-à-dire que les banques privées sont obsolètes et crèvent la bulle giga des accumulations du capital successives ... 


      D’où la peur bleue de la bourgeoisie de cet impérialisme à qualifier de financier : censure où mise en place à minima de revenu de charité ...pour augmenter la confusion et de détourner les regards pour la continuité de la Sécu de 1946 communiste et qui est inscrite dans ce salaire à vie au plus profond, s’inscrivant en plein dans la chaîne signifiant et symbolique des Luttes, de la lutte de classes, communiste du prolétariat donc du salariat et dans ce XXI e siècle à son début.


      En mal le compte rendu de ces ateliers exposé ce samedi après midi à Montreuil la censure opéra : exit :

       

      1- la lutte nécessaire contre la disparition des Comités d’ hygiène et de sécurité et aussi, surtout 


      2- l’exposé de Bernard Friot, la discussion très riche qui s’ensuivit, et la mise en évidence des deux lignes ... qui peuvent être non pas contradictoires surtout avec cette BCE où il faut mettre la main dessus ...exit Draghi et son staff que la Justice grecque s’en occupe, il a des comptes à rendre et pas que lui.


      Normal que la bourgeoisie censure ce salaire à vie, mais que des dites " directions " le fassent, là y a plus que malaise.


      Pour ce qui concerne ce terme, et ses conséquences, de dirigeant, direction, oui au niveau le l’Histoire de notre Parti, il y a eu un dirigeant celui qui était reconnu par le militantisme, militantes et militants du Parti : Jacques Duclos. 


      Un grand salut à Marie Christine, à la Camarade Maire et aux Communistes de Vénissieux et au delà.


      MB
      http://www.reseau-salariat.info/ ce soir réunion importante ...
      http://jeansalem.fr/fr_FR/seminaires/marx-au-xxie-siecle/


      Le 5 février à 21:14,par Méc-créant

      En réponse à : Jamais le parti communiste français n’a été si éloigné des masses.



    • Je n’est jamais été membre du parti tout en restant vieux-con matérialiste attardé (mais peut-être est-ce là la cause...). Pour les copains du parti (car autrefois c’était Le Parti, aujourd’hui c’est UN parti...) j’ai dû être désigné tour à tour "compagnon de route, gauchiste, démocrate sincère, anarchosyndicaliste, idéaliste, poète,..." et la liste est loin d’être close. J’ai pu, adolescent, fréquenter des secrétaires de cellule et de section —pas "appointés"— qui s’efforçaient de manier les lois (j’ai tendance à préférer "relations") de la dialectique avec le sérieux de simples ouvriers avides de comprendre les ressorts fondamentaux de nos sociétés voire de notre univers. Il y a longtemps que je n’en attends plus autant des "dirigeants" de ce parti fantôme. La messe a été clairement dite avec l’adoubement de Hue (ce qui —simple humour de charretier— a peu de chance d’indiquer la gauche). Ces décennies de vide politique, intellectuel, social,..., auquel je n’avais pu me résoudre, m’avait poussé à rédiger quelques textes, le premier (qui n’est pas sur le blog) remontant aux premières élections au parlement européen pour expliquer en quoi seule l’abstention pouvait avoir quelque utilité politique car ce n’était qu’une manipulation ayant pour but de singer un geste démocratique en imprégnant idéologiquement l’acceptation de cette Europe : voter pour ce parlement c’était, implicitement, voter pour cette Europe. Et on peut toujours trouver des politiciens pour défendre une institution nouvelle : suffit d’offrir des places bien rémunérées.


      J’ai fini par mettre quelques textes sur un blog, "Immondialisation : peuples en solde !" qui me semble être un titre assez clair. Je pense que l’ensemble des réflexions présentées ne devraient pas trop heurter des communistes... encore communistes. Si certains vont y voir, toute critique sera bienvenue.


      Méc-créant.

    Link1 | Link2 | Link3

    Copyright © 2014. All Rights Reserved.