Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 965 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

L’espérance de vie aux USA par rapport aux dépenses de santé de 1970 à 2014, comparaison avec les autres pays de l’OCDE

 

20 Mars 2017

Intéressant article traduit par Franck Marsal dont nous espérons à l’avenir d’autres contributions, et qui montrent à quel point la population pauvre des Etats-Unis a été malmenée avant d’aboutir au choix de Trump. La plus grande démocratie du monde, le pays le plus riche du monde, celui dont les dépenses militaires sont supérieures à toutes celles de tous les autres pays a un taux de mortalité infantile bien moins bon que celui du petit Cuba. Et pourtant ce qui est consacré y compris par les ménages aux soins de santé est supérieur à tous les autres pays. C’est ce modèle que pour les profits des trusts des médicaments, pour les sociétés d’assurance privées et bien sûr les marchands d’armes Macron et Fillon veulent nous faire adopter

 

(Traduction de Franck Marsal et note de Danielle Bleitrach pour histoire et société).


https://ourworldindata.org/grapher/public-expenditure-on-healthcare-as-share-of-national-gdp

 

L’espérance de vie aux USA par rapport aux dépenses de santé de 1970 à 2014, comparaison avec les autres pays de l’OCDE

 

Par David Ruccio (traduction Franck MARSAL)

 

Les dépenses de santé mesurent la consommation de biens et service de santé, incluant le soin personnel de santé (soin curatif, soin de réparation, soin de longue durée, services auxiliaires et biens médicaux) et les services collectifs (prévention et services publics de santé, ainsi que l’administration de la santé) mais excluent les dépenses d’investissement. Est reporté ici la dépense totale de santé (financée par des ressources publiques et privées).

 

Il est probable, si quelque version que ce soit de « Trump/Ryancare » (réforme promise par Trump de l’Obamacare, NdT) est approuvée aux Etats-Unis d’Amérique, que des millions de personnes supplémentaires ne seront pas capables de payer l’assurance nécessaire pour recevoir les soins adéquats.

 

Le problème est que les Etats-Unis d’Amérique sont déjà une aberration s’agissant du rapport entre résultats, mesurés ici par l’espérance de vie, et dépenses de santé.

 

Comme Esteban Ortiz-Ospina and Max Roser l’ont expliqué :

 

« tous les pays de ce graphique ont suivi une courbe croissante (l’espérance de vie augmente lorsque les dépenses de santé augmentent), mais les USA apparaissent comme une exception, suivant une trajectoire beaucoup plus plate ; les gains additionnels d’espérance de vie pour une dépense supplémentaire furent beaucoup moins important que dans les autres pays avancés, en particulier depuis le milieu des années 80. »

 

Figure 2. Espérance de vie pour les personnes de 40 ans en fonction du revenu (corrigé des différences ethniques) sur la période 2001 – 2014.

 

Encore plus inquiétant, les hauts revenus, aux Etats-Unis d’Amérique, sont associés à une plus grande longévité, et les différences d’espérance de vie entre les groupes de revenus se sont accrues au fil du temps.

 

Comme Raj Chetty et al. (pdf) l’ont découvert :

 

« Les hauts revenus sont associés à une vie plus longue à travers la distribution de revenus. Le groupe de 1 % des hommes les plus pauvres en termes de revenus distribués, à l’âge de 40 ans, ont un âge prévisible de décès de 72,7 ans. Ceux qui font partie des 1 % les plus riches ont un âge prévisible de décès de 87,3 ans, soit 14,6 années de vie en plus (intervalle de confiance à 95 % 14,4 – 14,8 années). Les femmes parmi les 1 % les plus pauvres ont un âge prévisible de décès de 78,8 ans. Les femmes parmi les 1 % les plus riches ont un âge prévisible de décès de 88,9 ans, soit 10,1 années de plus (intervalle de confiance à 95 % 9,9 – 10,3 ans). »

 

En conséquence, l’espérance de vie moyenne des classes de revenus les plus pauvres aux Etats-Unis d’Amérique est désormais égale à celle du Soudan ou du Pakistan.

 

Et, avec la réforme Trump/Ryancare, ces différences de classes par rapport à l’espérance de vie ne peut qu’empirer.