Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1311 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Caracas, qui tue qui ?

Publié le 9 Août 2017

Et qui organise quoi.

La peste brune encore une fois

Qui l'arme 

Missing à Caracas. 

 

Caracas, qui tue qui ?

 

Sous la pression d'une lame de fond médiatique identique  à celles qui déferlèrent contre l'Unité populaire chilienne de mars à aout 73 ou pour soutenir à Kaboul les Talibans ou Massoud  contre une invasion qui, soviétique, était abominable quand les Marines US libéraient la Grenade  au M16 armait la contra  en Amérique Centrale, réprimait en direct au Panama, pour ne rien dire de la Syrie de la Libye ou encore font les yeux de Chimène aux nazis ukrainiens installés par l'OTAN à Kiev, beaucoup s'interrogent (La Canaille aussi) sur la réalité des événement.

 

Juste pour rappeler la sélectivité des indignations.

 

Au Venezuela, Nous sommes dans une situation de pré-guerre civile.

 

Qui tue qui ? Quelle légitimité des gouvernements élus et réélus?

 

Qui déstabilise qui?

 

Avec quelles armes ?

 

Caracas, qui tue qui ?

 

Au dernier bilan officiel des victimes de la crise au Venezuela, il est inintéressant de regarder comment se répartissent les victimes, cela donne indication sur l'origine de la violence :

 

13 militants "chavistes" assassinés

 

5 policiers tués

 

30 passants tués par les émeutiers

 

48 morts par balles et 13 assassinats durant les émeutes

 

10 personnes mortes sur des barricades

 

5 personnes tués par la police.

Voici la réalité des morts au Vénézuéla depuis que l'extrême-droite vénézuélienne (soutenue financièrement et fournie en armes par les USA) sème la terreur dans le pays.

 

PS : sur le référendum à Caracas rappelons qu'en France les 42% de votants sont considérés comme une grande victoire de la démocratie en juin quand 42% de votants au Venezuela en juillet serait une défaite pour le gouvernement bolivarien.

 

Comme le disait ce bon Albert :

Caracas, qui tue qui ?

P- S : Parmi les indignés montant au créneaux contre Maduro, on retrouve aussi ceux aujourd'hui chenus mais qui portaient déjà BHL ceux qui ont dénoncé le Vietnam quand celui ci est venu libérer le peuple cambodgien de la dictature de Pol Pot.

 

La sommes et la diversité de ces "parrainages" devraient faire réfléchir.



Rédigé par Canaille Lerouge