Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1168 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Les communistes soutiennent Ramaphosa en Afrique du Sud

Les communistes soutiennent Ramaphosa en Afrique du Sud

 

18 Février 2018

 
  • Dans deux avis officiels postés sur Internet, le Parti communiste sud-africain (PCAS) a approuvé la destitution de Zuma et la décision du Congrès national africain (ANC) de nommer  Cyril Ramaphosa, chef du parti le 16 février 2018. Il s’agit d’une tentative pour en finir avec le règne de la corruption et de la mise en place de circuits parallèles ayant vocation au contrôle des citoyens et à l’enrichissement personnel, qui a aliéné une grande partie de la population, les plus pauvres en particulier face à l’ANC, les liens entre l’ANC et le PCAS sont historiques à commencer par Mandela , mais le PCAS s’était montré de plus en plus critique face à Zuma.
  • (note et traduction de danielle Bleitrach)

Par Alessandra Monterastelli *

 

« Le Parti communiste sud-africain félicite le président de l’ANC, le camarade Cyril Ramaphosa, pour avoir été élu sans opposition le jeudi 15 février 2018 en tant que nouveau président de la République d’Afrique du Sud », note le les communistes accueillent Ramaphosa comme le nouveau président de l’Afrique du Sud .

 

« La tâche immédiate reste à réduire radicalement les inégalités de classe, de race et le sexe et le développement inégal entre les zones urbaines et rurales. En particulier, cela nécessite une plus grande attention au développement rural et la résolution des mesures politiques visant à améliorer la qualité de vie des les travailleurs et les pauvres, en donnant effet au droit au travail inscrit dans la Charte de la liberté et en élargissant le travail décent à tous », concluent-ils.

 

Ils font valoir que pour atteindre ces objectifs, Ramaphosa  se concentre sur le démantèlement des réseaux parasites autour de l’Etat sud – africain, en luttant de manière décisive contre toutes  toutes les formes de corruption et d’irrégularités. « Cela inclut la démolition des mécanismes d’état parallèles », rappellent-ils.


Winnie Mandela Nelson Mandela et Joe Slovo dans une manifestation du Parti communiste sud – africain en 1990. Mandela a été membre du Comité exécutif central du PCAS

contre Zuma, l’ANC et la souveraineté de l’ Afrique du Sud 

 

« Le PCAS rejoint la grande majorité des Sud -africanos, pas moins camarades que notre alliance pour commémorer la destotution  du président Jacob Zuma. C’est quelque chose qui aurait dû se produire depuis longtemps », concluent-ils dans une autre note, pour célébrer le renvoi de Zuma.

Les communistes dénoncent le pillage des ressources publiques qui ont eu lieu au cours de la gestion Zuma, en plus l’« érosion de l’Etat et du droit, la perversion des instuituions  clés de l’Etat et en particulier le pouvoir judiciaire, le manipulation  de l’opinion publique et la vente aux enchères de notre souveraineté nationale dans la poursuite de l’accumulation privée « qu'ils concluent, ont causé de grands dommages à notre pays. » Ils rappellent que les principales victimes de telles actions de la direction de Zuma étaient la classe ouvrière et les pauvres dans les zones rurales et urbaines.

 

Le PCAS indique que le dépôt a été la victoire d’une longue et des luttes intestines de l’ANC et son Alinca (dont une partie PCAS), qui a finalement renversé le président qui a commis une erreur. « PCAS est fier du rôle qu’il a joué dans et au sein de l’alliance pour y arriver », disent-ils dans une note, saluant également le rôle important de nombreux journalistes dans le développement de cette tâche.

 

Les communistes soulignent également que la lutte contre le camp corporatif de l’Etat et contre le pillage des appels publics n’a pas pris fin, mais  nous sommes devant une étape importante. « La démission du président Zuma doit maintenant devenir un pont pour la mise en place de nouvelles actions.« L’élan pour l’autocorrection au sein de l’ANC et de l’Etat devrait continuer à être soutenu et accéléré. Ils continuent, en notant que l’une des tâches essentielles que les Sud-Africains doivent accomplir est l’intensification de la bataille pour démanteler les mécanismes parallèles de l’Etat , y compris les unités de renseignement et les réseaux parasites associés: »

 

* Stagiaire dans le Portail Rouge

De Portail Rouge 

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.