Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1164 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Burkina Fiasco

Burkina Fiasco

 

29 Novembre 2017
 

 

Que l’on puisse en France vanter l’expédition africaine d’Emmanuel Macron comme une sorte de renouvellement est vraiment une preuve supplémentaire de la vassalité des médias français et de leur adhésion aux valeurs coloniales.

 

Macron dans sa campagne avait prétendu être un président soulevé par les discours de Nelson Mandela et, pendant sa campagne électorale, il avait décrit le colonialisme comme crime contre l’humanité, cela allait avec l’opération qui consistait à promouvoir Marine Le Pen qui permettait à une chèvre d’être élue devant elle… 

 

Cependant lorsque Macron a répondu en Afrique à une question mardi sur le nombre d’étudiants africains en France par rapport au nombre de soldats français stationnés en Afrique, il n’a pas convaincu. Macron selon son habitude a voulu jouer la jeunesse contre les vieux à bon compte, une démagogie qui séduit les médias aux ordres et eux seuls et s’il a provoqué une sorte d’explosion soixante-huitarde dans les amphis sa prestation est une véritable insulte pour ce que les Africains et les Français ont à construire ensemble.

 

Qu’il ait quasiment obligé le président du Burkina Fasso à quitter la salle devant l’incongruité de ses propos et qu’il ait salué ce départ par une mauvaise plaisanterie sur le fait que le président aller réparer la climatisation dit bien des choses. Y compris qu’il n’aurait jamais osé agir de la sorte dans une université américaine devant le président Trump.

 

Sur le fond le discours du renouveau présidentiel sous le fallacieux prétexte qu’il était comme les étudiants le premier à ne pas avoir vécu le colonialisme témoignait à quel point l’héritage de l’arrogance colonialiste peut survivre à sa fin officielle.

 

En gros, à chaque fois que la responsabilité de l’Etat français était engagée comme dans l’invasion de la Libye, il a déclaré que lui ne l’aurait pas fait, en revanche quand il s’agissait des problèmes concrets, il affirmait que décoloniser c’était se dégager de toute responsabilité en affirmant que tout était de la faute des locaux.

 

Ainsi en a-t-il été de la question de l’esclavage en Libye en affirmant que les populations locales sont les principaux trafiquants. Ce qui n’est pas une grande nouveauté quand on sait que sur la côte de Guinée les bateaux européens attendaient les cargaisons que leur livraient les potentats locaux et leurs troupes traquant les paysans.

 

Mettre à égalité l’installation du système que fut la traite, ce crime contre l’humanité de pillage d’un continent par le capitalisme naissant en Europe et s’installant aux Etats-Unis, massacrant les autochtones, à une responsabilité également partagée entre africains toutes catégories confondues et européens toutes catégories confondues est une négation de l’Histoire, une de plus et Macron tout faraud, la perpétue.

 

« Qui sont les trafiquants? Demandez-vous – étant la jeunesse africaine – cette question. Tu es incroyable. Qui sont les trafiquants? Ce sont des Africains, mes amis. Ce sont des Africains. Posez-vous la question»

 

« Ce ne sont pas les Français qui sont les trafiquants, ce sont les Africains. Donc, tout le monde devrait comprendre la responsabilité, et nous avons commencé à le faire, à les démanteler. Mais arrêtez l’argument en disant: « C’est quelqu’un d’autre. »

 

« Montrez-moi un Français, un Belge, un Allemand, qui a fait du trafic entre le Nigeria et la Libye. Cette personne n’existe pas », a ajouté Macron. « Alors, ces jours-ci en Afrique, il y a des Africains qui font d’autres Africains des esclaves, c’est la réalité. Et il y a des Européens qui profitent de cette misère en Europe, c’est inacceptable. Dans les deux cas, ce sont des crimes. Nous combattons les deux cas.  »

 

Franchement sans être un fanatique de la repentance et de la déresponsabilisation des élites africaines, comment peut-on supporter pareil discours quand il s’agit de l’esclavage en Libye, le rôle de Sarkozy dans l’assassinat d’un chef d’Etat que l’on peut ne pas apprécier mais qui en Afrique jouit de l’estime quasi générale, son assassinat, la désintégration d’un pays livré à des bandes armées, l’approbation de cette sinistre opération par toutes les forces politiques françaises, par tous les médias.

 

De surcroît ces mots ont été prononcés  dans le Burkina, dans le pays où Sankara a été assassiné comme Lumumba ou tout ceux qui ont prétendu à une Afrique indépendante et maîtresse de son destin. Notre président est-il stupide, inculte, arrogant ou tout cela à la fois?

 

Il faut être nos médias pour s’en réjouir. C’est peut-être le premier de la classe, mais il est nettement moins intelligent que ce qu’il le croit et ça malheureusement ce sont les Français qui risquent d’en faire les frais…

 

Danielle Bleitrach

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.