Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 740 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

dimanche 13 août 2017

La Syrie ou l'erreur stratégique de trop

Alors que l'armée syrienne, appuyée par les forces aériennes russes, gagne de plus en plus de terrain et se prépare à une bataille décisive contre Daesh, la Syrie sort du champ médiatique français, pour n'être plus représentée que par quelques soubresauts idéologiques incantatoires.
 
Comme vient de le déclarer le ministre de la défense russe, S. Choïgu, depuis le début de l'intervention russe dans le conflit syrien à la demande de Bachar al-Assad en septembre 2015, Daesh a enfin reculé, ce qui n'était pas le cas lors du monopole de la coalition américaine. Ainsi, l'armée régulière contrôlait en 2015 19 000 km2, elle en contrôle aujourd'hui 74 200.
 
La dernière nouvelle est celle de la libération de el-Soukhna par l'armée syrienne, ce qui ouvre la voie pour une offensive décisive permettant de libérer la ville de Deir ez-Zor et de porter un coup terrible aux forces terroristes :
« Le 13 août 2017, suite à des actions conjointes de l'aviation russe, des troupes gouvernementales et des milices populaires dans la province est de Homs, la ville d'el Soukhna a été complètement libérée»
Pour sa part, la presse française, elle, présente les faits différemment. Pour l'instant, rien n'a été publié sur cette avancée importante conjointe de la Syrie et de la Russie, alors que la coalition américaine est toujours engluée à Raqqa, provoquant une catastrophe humanitaire sans aucune rapport avec ce qui s'est passé lors de la libération d'Alep. 
 
En revanche, Libération parle du meurtre de 7 Casques blancs en des termes laissant comprendre quel camp occupe très objectivement ce journal:
«Des inconnus ont fait irruption à l’aube dans le centre de la Défense civile à Sarmine et ouvert le feu tuant sept volontaires», a précisé cette organisation qui opère dans des régions échappant au contrôle du régime de Bachar al-Assad. (...) Candidats au prix Nobel de la paix en 2016, les Casques blancs sont sortis de l’anonymat grâce à des vidéos poignantes relayées sur les réseaux sociaux, les montrant, casques sur la tête, se ruer sur les lieux bombardés pour extraire des survivants, surtout des enfants, ensevelis dans les décombres des immeubles détruits par les bombardements du régime ou de son allié russe.
Rappelons que les Casques blancs se trouvent uniquement du côté des groupes terroristes, appelés "rebels" avec beaucoup de complaisance par les médias occidentaux, qu'ils sont à l'origine de nombreux fakes largement repris par ces mêmes médias (voir ici par exemple concernant la photo d'Omran), qu'ils sont accusés par les populations de n'agir que devant des caméras et qu'ils furent créés par un ancien du MI6 ... 
 
Vu le parti-pris des médias occidentaux, suivant en cela docilement leurs gouvernements trop mouillés pour pouvoir agir autrement maintenant, les journalistes n'insistent pas sur les exactions des "gentils terroristes", ne parlent pas de l'avancée de l'armée régulière syrienne en terme positif (cette armée est quand même en première ligne dans le combat contre les terroristes), mais ils rappellent régulièrement la nécessité de condamner Assad pour crime contre l'humanité. Voici le titre de Ouest France aujourd'hui:

Syrie. Bachar al Assad devrait être jugé pour crimes de guerre

Pourtant, plus de 600 000 personnes déplacées sont rentrées en Syrie avec l'avancée de l'armée syrienne (selon les chiffres du Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés), la CPI n'avance pas malgré les exhortations des pays occidentaux qui ont déjà déterminé les criminels, l'ONU est en panne, bref la Syrie est la plus grande erreur stratégique de l'Occident. C'est pourquoi les Etats Unis font marche arrière, ne financent plus les groupes "d'opposition" et laissent leurs satellites, comme la France, s'engluer dans leur "en même temps", ces discours-types de pays qui ne décident plus de rien et doivent seulement trouver la bonne voie à suivre au bon moment.
 
Pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la démocratie ou les droits de l'homme, les Etats Unis jouent avec le terrorisme dans le monde et utilisent la politique internationale à des fins de politique interne. Ce fut un échec en Syrie grâce à l'intervention russe, mais ça a marché en Irak - grâce à la faiblesse européenne. Et cela va peut être se reproduire au Vénézuella, dont les réserves de pétrole aiguisent l'appétit de leur grand voisin. Qui pourra aider ce petit pays? Certainement pas la communauté internationale, qui a été enterrée avec l'intervention US en Irak et ne s'en est jamais remise.