Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1844 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

A propos de l’anniversaire de la mort de Khaddafi

A propos de l’anniversaire de la mort de Khaddafi

 

21 Octobre 2016

Toujours la même interrogation: est-il possible de faire de la multitude des hommes libres? Socialisme ou barbarie, voici ce que j’écrivais au lendemain de la mort de Khaddafi, le genre d’analyse qui à l’époque m’attirait des remarques sur « mon amour pour les tyrans ». Cela se passait en octobre 2011.

 

Afficher l'image d'origine

 

Kadhafi certes l’actualité est là… Il y a ces images, cette vidéo abominable… Mais pourquoi Spinoza ? Parce que nous sommes plus que jamais confrontés à l’interrogation de Spinoza « Est-il possible de faire avec la multitude une collectivité d’hommes libres? » Vous reconnaitrez qu’il n’y a pas qu’en Libye que la question se pose de manière urgente.

 

Cet assassinat n’avait qu’un but, asseoir le domination des forces de l’OTAN, de l’impérialisme sur le pays.


Et on doit dénoncer sans le moindre état d’âme tous ceux qui ont contribué de manières diverses à ce crime contre un peuple, il y a tous ceux qui se réjouissent bruyamment devant cet assassinat du « Tyran », tous ceux qui ont masqué les enjeux réels de l’intervention de l’OTAN en faisant de cette intervention une lutte de la « démocratie » contre la « tyrannie », les médias complices dans leur quasi totalité, TOUTES les forces politiques, les chefs d’entreprises qui se sont rués vers la Libye alors que Syrte agonisait.

 

Donc ces images ne sont pas « un mal nécessaire » pour vaincre la tyrannie mais bien la démonstration de ce qu’est la tyrannie que nous imposons depuis des siècles à tous les peuples du monde, esclavage, colonialisme et voici les hommes que nous avons créés, ceux qui ont toujours été nos complices. Nous dégradons jusqu’à l’aspiration à la liberté. Nous, c’est-à-dire cette servitude que nous tolérons pour notre peuple et qui a nom le capitalisme à son stade ultime de barbarie, l’impérialisme. La multitude pourra devenir libre quand elle renoncera à opprimer les autres: un peuple qui en opprime un autre ne peut pas être libre, c’est la leçon que Marx a empruntée entre autres à Spinoza.

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.