Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 631 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

L'illusion de la guerre froide et l'ONU : on ne réforme pas l'ordre international

lundi 23 avril 2018

L'illusion de la guerre froide et l'ONU : on ne réforme pas l'ordre international

Le secrétaire général de l'ONU vient de déclarer qu'une nouvelle guerre froide est en cours, mais que cette fois-ci les structures internationales sont inopérantes. Pour autant, s'agit-il réellement d'une guerre froide, tel que nous l'entendions avant la chute de l'URSS. Il s'agirait plutôt d'un combat pour un monde unipolaire (globalisé et atlantiste) ou multipolaire, duquel pourra résulter un nouvel ordre international et donc de nouvelles structures le représentant. 
 
Le terme de guerre froide revient de plus en plus souvent dans le discours. Dernièrement, c'est le secrétaire générale de l'ONU, Antonio Guterres qui a souligné le retour à un conflit entre les Etats-Unis et la Russie selon les modalités de la guerre froide, bien  que cette fois-ci l'on ne puisse plus parler de l'existence de deux clans qui se combattent. 
 
Et pour cause, l'hégémonie américaine qui s'est soi-disant "naturellement" imposée avec la chute de l'URSS, qui a donné l'impression d'une victoire incontestée et incontestable de l'idéologie globaliste et du rôle central des Etats-Unis dans ce schéma n'avait en fait rien de naturel. Elle était le résultat conjugué d'un fabuleux travail de sape, tout autant que celui des faiblesses objectives de l'idéologie socialiste et de la gouvernance soviétique. Mais cela n'implique pas que la domination objective, à un moment donné, des Etats-Unis dans l'ordre mondial ne soit ni contestée, ni contestable. Qu'elle soit un acquis. Qu'elle soit perpétuelle. 
 
Il ne s'agit pas réellement d'une guerre froide comme on aime à le dire essentiellement puisqu'il s'agit d'un schéma connu. Et tomber dans l'inconnu est toujours inconfortable. A l'époque de la guerre froide, le monde était partagé et d'une certaine manière stabilisé. La structure de l'ONU telle que nous la connaissons aujourd'hui en est le résultat. Résultat d'un rapport de forces posé. 
 
Lorsque le secrétaire général de l'ONU déclare que le Conseil de sécurité n'est plus apte à résoudre les conflits, il a raison. Lorsqu'il affirme qu'il ne représente plus l'équilibre du monde contemporain, il a raison. Mais lorsqu'il incite à réfléchir à sa réforme - maintenant, c'est dangereux. 
 
On ne réforme pas l'ordre international, on le change. Les structures internationales sont le résultat d'un conflit, d'un rapport de force, elles l'entérinent. L'ordre international n'est pas réformable. Il ne peut être modifié que lorsqu'un nouvel équilibre des forces a été atteint, équilibre qu'il va alors traduire. Pour l'instant, le conflit est encore en cours. 
 

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.