Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 847 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Voici pourquoi il est tenté de substituer le terme de commun à celui de communiste pour éviter d’exproprier le capital

 

13 Février 2018
Communs, ce terme a fleuri dans la littérature du PCF ou du moins de sa direction à la recherche d’un modèle qui évite la remise en cause du capital. 
 
C’est une vision totalement réactionnaire et qui témoigne bien de la base sociale réelle du parti communiste. Celui-ci a renoncé à la classe ouvrière, aux salariés, aux exploités pour devenir le parti des « doctorants »‘. Un retour aux utopies de 1848, où c’était la révolte des « capacités », celle des artisans comme Proudhon, qui ne voyaient d’avenir que dans le retour vers le passé.Sous couvert d’utopie on préserve la capacité des directions aux petites manoeuvres électoralistes et aux bradages des biens.  C’est l’avenir dans les groupuscules, le capital ne peut que se réjouir de voir le parti communiste finir dans les latrines et il a sans doute placé aux manettes ceux qui accompliront cette tâche à son profit. (autre sens du mot communs) de l’histoire. 
 
(note de Danielle Bleitrach)
Ressources partagées, gérées collectivement par une communauté, selon des règles et une gouvernance dans le but de préserver et pérenniser cette ressource tout en ayant le droit de l’utilise

 
Ne doit pas être confondu avec la notion de bien commun en philosophie ou la notion de biens communs en économie.
 

 
Exemple de bibliothèque partagée libre et gratuite, construite par les élèves d’un lycée pour y entreposer des livres librement apportés et librement empruntés (ici en 2016 sur le Port de Saint-Goustan, à Auray dans le Morbihan).
 

Un commun est un système ouvert avec, au centre, une ou plusieurs ressources partagées, gérées collectivement par une communauté ; celle-ci établit des règles et une gouvernance dans le but de préserver et pérenniser cette ressource tout en ayant le droit de l’utiliser[1]. Ces ressources peuvent être naturelles : une forêt, une rivière ; matérielles : une machine-outil, une maison, une centrale électrique ; immatérielles : une connaissance, un logiciel.

 

Les communs impliquent que la propriété n’est pas conçue comme une appropriation mais comme un usage[2]. Entre la propriété publique et la propriété privée, les communs forment une troisième voie.

 

Elinor Ostrom a obtenu un Prix Nobel d’économie pour ses travaux sur les biens communs. Elle parle de faisceaux de droits pour caractériser la propriété commune[3].

 

Il ne faut pas confondre un « commun » avec un « bien commun ». Un bien commun est quelque chose qui appartient à tous mais qui n’est pas forcément géré comme un commun ; ainsi, « […] l’atmosphère appartient à tous. C’est un « bien commun », mais pour autant ce n’est pas (encore) un commun. Car, malgré les quelques réglementations mises en place, il n’y a pas de gouvernance permettant de gérer les effets de serre et les émissions de CO2[4] »[5].

 

Wikipédia est parfois cité comme un exemple de commun[4].

 

 

Sommaire 

Le terme « communs » (commons en anglais) dérive du terme juridique anglais traditionnel de la « terre commune » (common lands). Cependant, si les common land étaient probablement possédées collectivement par une entité légale, la couronne ou une personne seule, ils étaient soumis à différentes règles de gestion et d’usage concernant par exemple le pâturage, la chasse, la coupe de bois, de branchages, la collecte de résine, etc.

 

Le terme « communs » dans la théorie économique moderne en est venu à désigner une ressource naturelle ou culturelle accessible à tous les membres d’une société : air, eau, terres habitables…

 

L’échec dit de la « tragédie des communs » est une métaphore qui s’est répandue aux débuts des sciences économiques, au xviiie siècle. Les premiers écrivains et scientifiques économistes soutenaient la Révolution Agricole Britannique et les lois de la réforme agraire étaient en faveur d’une propriété unifiée de la terre. Ils tentèrent de se débarrasser des droits d’usage traditionnels des commoners et utilisèrent la tragédie des communs qui se trouva être une métaphore adaptée. Ils citèrent entre autres la polémique d’Aristote contre la Polis de Platon dans le sens où « la propriété de tout le monde n’est la propriété de personne » et respectivement « le bien le plus partagé est le moins gardé ». Le conflit autour de la dissolution des communs traditionnels a joué un rôle clé sur l’aménagement du paysage et les modèles de propriété et d’utilisation coopérative des terres[6].

 

Plus tard, d’autres économistes, et notamment Elinor Ostrom en travaillant sur la théorie de l’action collective et la gestion des biens communs et des biens publics (matériels ou immatériels), et dans le cadre de la « nouvelle économie institutionnelle », ont montré qu’en réalité depuis la préhistoire de par le monde, de nombreux groupes humains ont réussi à développer des systèmes de gestion collective de ressources pas, peu, difficilement, lentement ou coûteusement renouvelables (terres cultivables, ressources en gibier, en poissons, en bois, et en eau potable ou d’irrigation notamment). E. Ostrom a été en 2009, la première femme à recevoir le « prix Nobel » d’économie (avec Oliver Williamson) « pour son analyse de la gouvernance économique, et en particulier, des biens communs »[7],[8].

 

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.