Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1025 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Chine: qu’est-ce que la mauvaise note sociale ?

Chine : qu’est-ce que la mauvaise note sociale ?

 

20 Mars 2018

La presse française s’est déchaînée sur le « président à vie » depuis que son mandat a été reconduit et qu’il peut l’être encore. « Putain encore 10 ans à le supporter ! » La machine à basher la Chine est repartie de plus belle sur tous les sujets.

 

Récemment la presse s’est lâchée sur la « mauvaise note sociale ».

 

Sur France Info :

 

En Chine, les personnes qui ont une mauvaise « note sociale » pourraient être empêchées de prendre l’avion ou le train


Le Parti communiste chinois teste depuis plusieurs années un système de note sociale. A partir du 1er mai, il sera utilisé dans les trains et les avions. Les « mauvais élèves » interdits à bord seraient par exemple des personnes ayant utilisé des billets périmés ou ayant fumé dans un train

 

France Info ajoute

 

C’est une décision qui rappelle Black Mirror, la série dystopique qui imagine le pire de la technologie. La Chine va utiliser la « note sociale » des individus pour filtrer leur accès aux moyens de transport et éventuellement l’interdire aux citoyens mal notés pour une période pouvant atteindre un an, rapporte l’Agence Reuters. La mesure entrera en vigueur le 1er mai, expliquent deux communiqués de la Commission nationale du développement de la réforme en date du 2 mars mis en ligne vendredi 16 mars.


Le Parti communiste chinois teste depuis quelques années ce système de crédit social appliqué aux particuliers et aux entreprises. Il doit prendre plein effet en 2020. Collectées massivement, les données fournies par les smartphones, les réseaux sociaux, mais aussi la police, les tribunaux, le fisc, etc. sont centralisées sur une sorte de fichier national de réputation.


Big brother et big Data


Le projet a été dénoncé par ses détracteurs comme un « Big Brother du Big Data » et une dérive totalitaire. La directive s’appliquant aux transports est apparemment la première du genre à être publiée. Les « mauvais élèves » interdits à bord des avions ou sur les chemins de fer seraient par exemple des personnes ayant propagé de fausses informations sur le terrorisme, utilisé des billets périmés, fumé dans un train ou encore omis de payer des amendes ou de s’acquitter de l’assurance sociale.


Dans le première épisode de la troisième saison de Black Mirror, intitulé Chute Libre, une jeune femme voit sa note sociale dégringoler et les portes de son existence se refermer une par une. 


On ne saura pas qui sont les « détracteurs » qui dénoncent ce projet, s’il s’agit de millions de chinois, d’un quarteron de dissidents ou du comité de rédaction de France Info.


Pire que tout : même les entreprises doivent bien se conduire.


Mais le site a eu le bon goût d’illustrer l’article par une photo montrant les chinois faisant la queue en bon ordre, au lieu de former le pack de Castres ou de Toulon, d’écrabouiller les arpions des femmes et de marcher sur les bambins.

 

A ce train-là les touristes chinois n’oseront même plus cracher par terre. Encore un exemple de l’abominable dictature totalitaire du PCC.

 

Des passagers font la queue pour prendre le train, le 21 février 2018 à Jiujiang (Chine). (HU GUOLIN / XINHUA / AFP)

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes debout

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.