Le président chinois prête serment d’allégeance à la Constitution pour la première fois

 

19 Mars 2018
Notez qu’après avoir salué la salle des 2790 délégués du parlement chinois qui l’ont élu chef d’Etat en se courbant à la chinoise, il a prêté serment le point levé et la main sur la Constitution.

 

 

(Xinhua/Ju Peng)

 

BEIJING, 17 mars (Xinhua) — « Je prête serment d’allégeance à la Constitution de la République populaire de Chine (RPC) et m’engage à sauvegarder l’autorité de la Constitution, à remplir mes obligations légales… », a solennellement déclaré samedi à Beijing le président chinois nouvellement élu, Xi Jinping.

 

Il s’agit de la première fois qu’un président chinois prête serment d’allégeance à la Constitution lors de son entrée en fonction.

 

M. Xi a été élu plus tôt samedi président chinois et président de la Commission militaire centrale de la RPC au cours de la première session de la 13e Assemblée populaire nationale, l’organe législatif national.

 

En octobre dernier, il a été élu secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et nommé président de la CMC du PCC lors de la première session plénière du 19e Comité central du PCC.

 

Avec l’emblème national accroché en haut, dans un auditorium, à l’intérieur du Grand Palais du Peuple, tout le monde s’est levé et une version papier de la Constitution a été amenée sur la scène par la garde d’honneur lorsque la cérémonie a commencé à environ 10h49.

 

L’hymne national a été chanté en choeur par toutes les personnes présentes.

 

Ensuite, M. Xi, âgé de 64 ans, habillé en costume noir, a prononcé le serment après être monté sur l’estrade, avoir placé sa main gauche sur la Constitution et levé son poing droit.

 

« [Je m’engage à] être fidèle au pays et au peuple, à être déterminé et honnête dans mes fonctions, à accepter la supervision du peuple et à oeuvrer pour un grand pays socialiste moderne qui est prospère, puissant, démocratique, hautement civilisé, harmonieux et beau », a déclaré le président.

 

Il s’est ensuite incliné et est retourné à son siège, sous des applaudissements chaleureux.

 

La cérémonie a été organisée tout juste six jours après que l’organe législatif national a inscrit dimanche dernier la prestation de serment d’allégeance dans la Constitution nouvellement amendée.

 

En vertu de l’amendement, la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère est elle aussi entrée dans la Constitution en tant que théorie directrice pour la Chine.

Se basant sur une décision législative adoptée par l’organe législatif suprême chinois en juillet 2015, la Chine a mis le système en oeuvre en janvier 2016, demandant à tous les fonctionnaires d’Etat de prêter serment d’allégeance à la Constitution lors de leur entrée en fonction.

 

La RPC a adopté sa première Constitution en 1954. L’actuelle Constitution a été adoptée en 1982 et amendée en 1988, 1993, 1999, 2004 et 2018.

 

En se joignant aux députés à l’APN dans des discussions de groupe le 10 mars, M. Xi a exhorté les responsables à maintenir l’Etat de droit, s’opposer à la volonté d’un homme, respecter la Constitution, et assumer leur devoir dans les limites de la Constitution et des lois.

 

La cérémonie a été diffusée en direct par la télévision d’Etat et sur Internet.

 

« En prenant l’initiative de prêter serment d’allégeance, le président dit au public que chacun est égal devant la loi et qu’il n’y a aucune exception », a affirmé Xiao Shengfang, un député à l’APN et président de l’Association des avocats du Guangdong. « Il montre l’engagement de la direction chinoise envers l’Etat de droit, ce qui assurera à la Chine une voie vers la modernisation ».