Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 690 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Toujours dans le cadre de ce qu’on veut faire avaler aux communistes, Tsipras serait de gauche

 

05 Mars 2018

L’image contient peut-être : texte

Les sociaux démocrates allemand en route pour une grande coalition avec Merkel

 

Voici le télégramme de félicitation que Tsipras envoie aux sociaux démocrates qui ont accepté de participer à la politique dont nous avons vu hier qu’elle avait entraîné une paupérisation énorme dans le pays.

 

Un taux de pauvreté de 15,7% soit 12, 9 millions de pauvres pour le pays dont la classe capitaliste a le mieux profité de l’UE. Aux dernières élections la droite et le SPD ont pris une râclée et l’extrême-droite est désormais la deuxième force du pays. Face à cela une grande partie du SPD, les jeunes en particulier ont dénoncé l’accord, donc on voit ce que signifie cet accord, ceux qui l’ont signé sont décidé à infliger au peuple allemand, à ses nouveaux pauvres, une politique dont il ne veut plus. L’extrême-droite joue son rôle, ne pas dénoncer le capital mais les « réfugiés ». Il est clair que le SPD a choisi de se « macroniser » et que cela va accélérer la défaite de toute gauche dans ce contexte.

 

Ce dimanche il a été décidé que  les membres du parti SPD diraient  oui à GroKo à 66%.. Mais cet accord ne peut cacher le fait que dans la plupart des pays européens, les sociaux-démocrates impliqués dans la même politique ont perdu une grande part de leur électorat et ont été évincés du gouvernement. En Allemagne, le SPD a connu son pire résultat de l’après-guerre lors des dernières élections générales. En France, aux Pays-Bas, en Pologne, en Hongrie et en République tchèque, les sociaux-démocrates sont en déroute, en Autriche, ils viennent d’être rejetés. Dans les 28 pays de l’UE, il n’y a que six gouvernements sociaux-démocrates: Malte, la Suède, le Portugal, la Roumanie, l’Italie . Italie où les élections ont témoigné de phénomènes semblables à l’Allemagne et où a été rejeté la social democratie. On assitre également à la montée des courants xénophobes, à la manière dont ils sont encouragés pour ne pas mettre en cause le rôle du capital. La social démocratie sera chassé du pouvoir à moins qu’il n’y ait entente avec Berlusconi ou le mouvement des 5 étoiles, ce qui ressemblerait au compromis allemand. Qui ne risque guère d’enrayer leur chute. Le seul point positif pour les sociaux démocrates  se trouve au Royaume-Uni. Le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn a réussi à amener les conservateurs au bord de la défaite lors des élections législatives anticipées en juin dernier.

 

Et Tsipras se réjouit de la position du SPD il est content que la troika lui impose encore plus de « réformes » comme la baisse des retraites ou la remise en cause du droit de grève.

 

C’est de ce naufrage général et de cette trahison des peuples dont se réjouit Tsipras.qui à l’orgine s’est présenté comme un « renouveau du communisme »

 

Comme le dit Gilles Gourlot :


Mais y’en a un qui trouve toujours le moyen de se réjouir…


Le masochisme de ce gars est sans limite…

 

On peut espérer que les communistes français  auront à coeur de ne pas se mêler à ce marigot. Cela serait parfaitement contradictoire avec la politique qu’ils ont choisi d’entrer dans les luttes qui partout se dessinent contre la politique de Macron, en particulier le rendez-vous du 22 mars.

 

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.