Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 841 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Les communistes critiquent l’absence des députés LREM lors d’un vote sur « la précarité professionnelle des femmes »

 

11 Mars 2018

http://www.lcp.fr/la-politique-en-video/8-mars-les-communistes-critiquent-labsence-des-deputes-lrem-lors-dun-vote-sur

voir video
Les députés GDR ont obtenu le report de quinze minutes d’un vote car le quorum n’était pas atteint. L’occasion pour leur chef de file André Chassaigne, mais aussi pour Jean-Luc Mélenchon, de critiquer le président de l’Assemblée François de Rugy et la majorité dans son ensemble.
 

Le ton était ironique : « Je sais, nous savons tous ici à quel point le président De Rugy est attaché au fait que les députés soient en nombre dans l’hémicycle… »

 

Jeudi, lors de l’examen en séance publique de la proposition de loi du groupe GDR « visant à lutter contre la précarité professionnelle des femmes », André Chassaigne a provoqué la colère de la majorité en utilisant une disposition méconnue du règlement de l’Assemblée nationale.

 

Le chef de file des députés communistes a invoqué l’article 61 permettant à un président de groupe de demander la « vérification du quorum », c’est-à-dire de vérifier si plus de la moitié des 577 députés sont effectivement présents « dans l’enceinte du Palais ».

 

Un 8 mars…

 

Jeudi matin, lors de la prise de parole de la rapporteure du texte Huguette Bello, il était évident que le quorum n’était pas atteint, l’hémicycle étant quasi-vide…

 

Une manoeuvre qui a permis de repousser de quinze minutes le vote de la motion de renvoi déposée par les députés de La République en Marche : la majorité, qui ne juge pas le texte opportun, demandait en effet que celui-ci puisse être à nouveau étudié en commission.

 

Mais cet incident a surtout permis de mettre en lumière la faible présence des députés de la majorité. Et cela un 8 mars, lors de la journée internationale des droits des femmes, sur un texte visant à « lutter contre la précarité professionnelle des femmes »…

 

« Des petits chiens qui vous prennent le mollet… »

 

La méthode a mis en colère les membres de la majorité, qui ont afflué dans l’hémicycle après la suspension de séance.

 

 

La députée LREM Olivia Grégoire a ainsi mis en cause la « démagogie » des députés communistes, tandis que le président du groupe MoDem les a accusé de « faire de l’antiparlementarisme ». La députée UDI, Agir et indépendants Agnès Firmin Le Bodo a critiqué la méthode « pas franchement correcte » de l’opposition :

Il y a beaucoup de commissions, il y a des commissions d’enquête… Beaucoup de nos collègues sont en train de travailler dans des réunions à côté…Agnès Firmin Le Bodo

Invectivé par l’élu MoDem Erwan Balanant, André Chassaigne lui a répondu avec vigueur :

Certains ici sur ces bancs me font penser à ces petits chiens qu’on a dans les fermes qui vous prennent le mollet et qui ne le lâchent pas !..André Chassaigne

François de Rugy visé
 

Le président des députés communistes a obtenu, lors de cette passe d’armes, le soutien de Jean-Luc Mélenchon. L’ancien candidat à l’élection présidentielle a directement mis en cause François de Rugy, le président de l’Assemblée nationale :

Souffrez, après avoir beaucoup subi la leçon du président De Rugy, qui est le premier à faire de la propagande antiparlementaire dans ce pays, que notre collègue fasse remarquer qu’il n’est pas là (aujourd’hui).Jean-Luc Mélenchon

« Où sont les ministres ? », a également demandé le député des Bouches-du-Rhône. Christophe Castaner, le secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement, lui a répondu qu’ils étaient « mobilisés autour du Premier ministre » dans le cadre d’un comité interministériel sur l’égalité des femmes et des hommes.

 

La motion de renvoi quand même votée

 

Christophe Castaner assure que ce texte, qui propose notamment d’augmenter la prime de précarité pour les contrats à durée déterminée à temps partiel, « aurait des conséquences liberticides » et « aurait un effet d’éviction des femmes dans les conditions de travail ».

 

Au grand dam des élus communistes, la motion de renvoi en commission a été adoptée à 84 voix contre 41 (2 abstentions) avec 127 votants.

 

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.