Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 670 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

L’intervention que j’ai faite dans ma cellule hier

L’intervention que j’ai faite dans ma cellule hier

 

10 Mars 2018
 

Elections législatives: Déclaration du PCF

 

J’ai pu enfin mettre la main sur les textes du Congrès que le PCF distribue ou envoie aux adhérents. Pendant la réunion de cellule j’ai commencé à les aborder en lecture rapide.

 

C’est difficile à lire parce que c’est confus, un fouillis. Ce que j’apprécierais sans ce désordre,  c’est le fait que les questions demeurent ouvertes et que ce soient les communistes qui tranchent. Donc ce qui me désarçonne n’est pas le fait qu’il y a plus de questions que de réponses, mais que les questions soient mal centrées, parfois répétitives et qu’il soit de ce fait difficile de s’y accrocher et de donner une opinion.

 

Disons que ce sur quoi je suis d’accord aujourd’hui c’est le retour au terrain,

 

à ce titre le travail de nos députés me parait exemplaire et je souhaiterais que nous l’analysions mieux d’abord pour le populariser, vaincre la censure médiatique. je m’y emploie sur ce blog et je dois dire que les articles les concernant sont très lus et bien repris. Ce travail est non seulement exemplaire mais il permet de mieux préciser le rôle du parti par rapport au syndicats. Il permet de faire mesurer ce qui s’est passé à la libération, comment des ministres communistes, face à un patronat qui avait collaboré dans sa masse, face à la victoire de l’Union soviétique et un parti communiste sorti auérolé des sacrifices de ses militants, donc comment alors que le pays était ruiné ont pu imposer des lois, des conquêtes sociales.

 

Leur rôle a été doublement politique, obtenir des droits et des conquêtes en matière de santé, d’éducation, de culture en partant des besoins de la classe ouvrière mais pour le bénéfice de tous.Ils sont comme nous communistes l’avons toujours été ces « défenseurs des « lois du quotidien ».

 

Mais  ce faisant, ils ont changé la nature de l’Etat et ne l’ont pas limité à être l’appareil répressif de la bourgeoisie, ils l’ont socialisé.

 

Aujourd’hui où le patronat se sent fort, il le dit clairement: il « dé-soviétise » la France. En spoliant la classe ouvrière mais aussi la majorité du peuple franças. Il veut en finir avec l’Etat au service des besoins de tous au profit de l’Etat répressif au seul service du patronat. Il profite de l’effacement du parti communiste français, mais aussi de l’affaiblissement de la CGT et de la division syndicale. Il provoque, cherche l’affrontement parce qu’il se sait en position favorable. Le travail de nos députés est exemplaire parce qu’il reprend racine dans les exigences populaires, mais aussi parce qu’il tente au niveau de l’assemblée nationale d’obtenir le consensus le plus large en parlant en terme d’intérêt général.

 

Notre propre travail doit être organisé avoir des buts, ce devrait être le travail du parti que de l’organiser y compris en transformant le parti en ce sens et pas celui d’être un gadget à la mode, ce que nous ne serons jamais. Notre force dépend de la capacité des couches populaires à savoir que nous leur sommes nécessaires.

 

Les points de divergence : 

 

le premier est l’absence totale de référence à la situation internationale. Est-ce donc sans conséquence par exemple que le pays qui est en train de reprendre le leadership aux Etats-Unis soit dirigé par un parti communiste. on vous raconte qu’il a choisi le capitalisme. Un fait : savez vous que si la pauvreté a baissé dans le monde on le doit à la seule Chine qui correspond à 25% de l’humanité et qui effectivement est en train de se diriger vers une société de moyenne aisance et de haut développement.

 

Connaissez-vous réellement ce qu’est le parti communiste chinois sa relation au marxisme? Non! Pourtant souvent nos dirigeants vont à des colloques, des rencontres, mais la masse du parti est enfermé dans la situation française alors que nous sommes en pleine mondialisation.

 

Voilà une carence. Elle a son équivalent sur la situation européenne ou nous avons des relations avec des planches pourries comme Tsipras, le PGE et nous avons rompu de fait avec des partis communistes, combatifs,  comme le parti communiste portugais. de ce point de vue, j’interviendrai avec des propositions quand nous parlerons de ces élections européennes. permettez moi de vous signaler que les élections italiennes ont fait la preuve de ce que valait l’eurocommunisme si cher à nos dirigeants au point d’avoir inventé un Georges Marchais eurocommuniste. Si Georges Marchais avait suivi Berlinguer et Santiago Carillo, il n’y aurait plus de PCF. le fait que les communistes ont refusé d’abandonner ce nom a joué aussi un rôle essentiel.

 

Enfin, c’est là que pour développer notre stratégie, le bilan est indispensable,

 

il ne vient pas en second,mais en premier. J’ai adhéré en 1956. J’ai milité ici, j’ai toujours été d’accord avec mon parti. Vous imaginez qu’en 1996, quarante après je me serais découverte une carrière de dissidente, non je l’ai fait avec courage et honnêteté  comme bien d’autres camarades qui ont été découragés, accusés injustement, parce que je tiens autant que vous à mon parti. je suis venue vous dire souvenez-vous en que la liste « bouge l’europe » était une catastrophe et le Congrès de Martigues idem puisqu’il nous coupait de notre base, détruisait les cellules et notre relation à l’entreprise.


Je vous ai dit que l’on devait résister, le Cubains les faisaient bien.. et ma « dissidence »  n’a jamais porté sur autre chose que sur le fait que je ne supportais pas que nous nous mettions à la remorque de gens qui ne nous valaient pas. parce que ce que je savais de la situation du monde, de l’état du capital était qu’il était en crise, et que seuls les communistes savaient mener le combat contre le capitalisme, je le pense toujours et plus que jamais c’est pourquoi de plus je vous dis:

 

1) il faut que nous comprenions bien le contexte de la crise capitaliste national et international


2) il faut que nous reprenions pied sur le terrain de notre base de classe


3) il faut que nous redevenions un parti révolutionnaire et pour cela un bilan est indispensable, celui qui n’analyse pas ses erreurs est condamné à les revivre.

 

danielle Bleitrach

 

Commentaire de B.T : " qu’il soit de ce fait difficile de s’y accrocher et de donner une opinion."  et si c'était l'objectif que s'assigne ceux qui l'on élaboré ?????? 

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.