Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 652 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

L’Humanité censure au nom de « sa » démocratie

L’Humanité censure au nom de « sa » démocratie

 

05 Mars 2018

L’humanité toujours égale à elle-même, raconte la vulgate trotskiste pour mieux censurer le travail qui a été fait par Marianne et moi et d’autres sur la question… Notre livre, 1917-2017, Staline un tyran sanguinaire ou un héros national ? doit être effacé de la photo, mis à l’index vatican alors que lui au moins se donne la peine d’aller en Russie , d’interroger les Russes, d’étudier de bibliographies, tandis que cet article minable  se contente de ramasser ce qui traîne dans les caniveaux. On appréciera les hypothèses : « une purge gigantesque se préparait s’il n’était pas mort! » Ce journal qui a été jadis celui du PCF et qui ne s’en rappelle qu'en cas de souscription, accomplit systématiquement le travail le plus infâme qui se puisse imaginer sur l’histoire, sur la compréhension du passé et du présent .

 

Parce que notre livre qui en est à sa deuxième édition, connait malgré leur censure une bonne audience chez les communistes, que notre blog a plus de lecteurs que l’Humanité, ils sont obligés d’avouer que les Russes ne pensent pas comme leur direction et celle du PCF. .Ce qu’ils ont soigneusement caché jusqu’ici. Alors comme ils l’ont fait pour notre précédent livre, dont celui qu’ils avaient chargé de le descendre a joué sur tous les tons le thème de la vieillesse de ses auteurs, sans jamais parler du fond. Nous avons ici la même opération. On est obligé de reconnaître que les Russes, les peuples de l’ex-Union soviétique considèrent que Staline a été le plus grand homme de tous les temps. Qu’il a non seulement arrêté les armées nazies, mais qu’il a fait passer un pays de moujiks arriérés à la modernité. C’est ce que reconnait Poutine lui-même dans sa campagne électorale, en expliquant qu’il est issu d’une famille de serfs et sans l’URSS et Staline jamais il n’aurait eu ce destin. L’événement le plus tragique qu’ait connu la Russie et tous les pays qui l’ont composé à été la fin de l’URSS. Pourtant, ne croyez pas que la pression ne soit pas forte contre les communistes en Russie. La thèse des deux totalitarismes, le communisme et le nazisme est connue mais unanimement rejetée avec indignation. 

 

Poutine ne laisse pas entendre qu’il est le véritable héritier de l’URSS et de Staline parce qu’il est tel, mais parce qu’il sait que cela lui donne une position plus forte dans la population. Il masque les problèmes que sa politique pro-oligarques provoque en reproduisant les exigences qui furent celles de l’URSS dans la défense de sa dignité et de son indépendance. Les communistes lui disent d’accord pour l’indépendance et la dignité face à l’OTAN, mais jamais Staline n’aurait pu faire une telle politique avec les sangsues capitalistes, dénuées de patriotisme que vous nourrissez.

 

L’occident est obligé de reconnaître ce fait de l’estimation par les Russes de la grandeur de leur pays mais aussi de la manière dont ils vivaient mieux et j’ose dire que nous y avons contribué, alors l’Humanité, organise le même contre-feu que la presse la plus pourrie, on va dire le fait mais on va le noyer dans la dérision, les ragots et on refusera une fois de plus le débat.

 

Pourquoi ne pas reprendre la position de Thorez qui jamais n’accepta que l’on diminuât le rôle de Staline dont il récusa la caricature qui en était faite dans le fameux rapport « secret » de Khrouchtchev au XX eme Congrès du PCUS en 1956.  Après que le Monde, on le sait désormais sur transmission par la CIA du dit rapport (un Polonais sioniste l’aurait découvert et transmis au gouvernement israélien et de la à la CIA qui a décidé de l’utiliser à sa manière), c’est du moins ce dont l’extrème-droite israélienne se vante. Mais il est également vrai que Togliatti en Italie assure à ce rapport une grande publicité et lance à partir de là, les bases de l’eurocommunisme. Donc Thorez, le 14 juin 1956, il intervient au Bureau Politique du PCF afin de fixer la ligne à suivre. Le PCF ne peut, ni ne veut se séparer de l’URSS, comme le fera le Parti communiste Chinois face à ce rapport et à la politique de Khrouchtchev. Mais Thorez dit: « Ce qui a tout faussé, c’est que dans ce rapport, on n’a pas tenu compte des mérites de Staline, on s’est borné à dire qu’il en avait été suffisamment question dans le passé. Nous devons aussi poser cette question à nos camarades soviétiques: Staline doit-il  désormais être présenté avec ou sans ses mérites? (…) En tous les cas, avec le rapport tel qu’il a été rédigé et tel qu’il est maintenant publié par l’adversaire, les militants ne sont pas aidés. sa publication nous crée une situation impossible vis-vis du parti et des masses. Il n’est pas exclu que quelques militants en viennent de douter de tout ».

 

C’est exactement l’opération qui a été mise  en place avec « l’eurocommunisme » et que reflète cet article même s’il doit céder du terrain devant le constat de ce que pensent les Russes, le peuple et les historiens. Il y a en particulier chez les anglosaxons tout un travail sur la période dont nous ignorons tout et que quelqu’un comme Annie Lacroix Riz, le séminaire de Jean Salem à la Sorbonne, les publications de éditions Delga, notre blog se sont employé à faire connaître. Il existe des livres importants comme celui écrit en 1973, par un militant italien, Cerutti, « à l’ombre des deux T » qui doivent être relus. Il ne s’agit pas de réhabiliter Staline mais comme le dit Thorez ne pas suivre le rapport khrouchtchev qui a été écrit par quelqu’un qui a participé aux événements et a tronqué le récit selon ses intérêts.

 

J’ai à ma disposition le XX e congrès du PCUS tel qu’il s’est déroulé officiellement sans le « rapport secret ». A lui seul, il s’agit d’une remise en cause du rapport secret puisqu’il rend hommage à Staline fait le bilan des conquêtes de l’Union soviétique malgré la guerre.

 

Il y a les analyses critiques des camarades chinois qui sont beaucoup plus intéressantes que la caricature dont nous avons hérité de la période où il a fallu « rééquilibrer » la gauche, à partir de mai 68 et de Mitterrand avec la déferlante des nouveaux philosophes, des post-moderne et de la courtisanerie mitterrandienne. Alors qu’on va nous imposer une célébration de mai 68, telle que la veut Macron né de ce courant? l’Humanité une fois de plus interdit le débat en sortant ce genre d’article qui nie le travail accompli par des gens sérieux, communistes, pour nous servir la soupe trotskiste.

 

Ces derniers n’existent plus, ils ne sont que la voix de la social démocratie pour continuer l’oeuvre mitterrandienne. Et l’Humanité continue… Comme Pierre laurent s’est couvert de ridicule et l’Humanité avec lui en faisant de la Révolution d’octobre une bonne idée qui a perdu tout intérêt à partir de la prise du pouvoir de Staline. Ce qui revient à gommer toute la deuxième guerre mondiale et le rôle de l’URSS dans la décolonisation, dans les conquêtes ouvrières… On avance à reculons en reconnaissant tout en caricaturant « le petit père des peuple ».

 

Alors on sort cet article minable qui est vraiment le truc le plus « stalinien » qui se puisse imaginer au sens où ils emploient ce terme.

 

Comment reprendre tous les poncifs les plus éculés de la littérature anti-totalitaire , sans jamais donner la parole à d’autres que beaucoup de communistes encartés ou non sont en train de lire? jusqu’au titre « le petit père des peuples » dont on appréciera le sérieux.

 

Quel procédé! . Cela fait partie du travail systématique d’effacement et de la volonté que nous dénonçons d’en finir avec le PCF. Il y a entre ce comportement consistant à trafiquer l’histoire l’accompagnement idéologique de l’autodestruction du PCF par ses directions. mais jusqu’à quand les communistes supporteront-ils des comportements pareils?

 

Parce que c’est bien cela qui déconsidère leur entreprise: voilà des gens  qui se gargarisent de leur amour de la démocratie et qui prétendent juger de l’épopée soviétique à travers ce seul critère.

 

Il ne s’agit pas de toutes les conquêtes démocratiques celles accomplies en Union Soviétique, la sortie du sous développement, le droit au travail, à la santé, à l’éducation, etc..et qui explique la nostalgie.

 

Non leur seul et unique critère de la démocratie c’est le droit à publier et être connu du public pour des auteurs y compris anticommunistes, pourquoi pas! .

 

Oui mais,  après avoir limité la démocratie à ce seul critère de l’absence de censure, ils violent leur propre critère face à des communistes comme Marianne et moi et bien d’autres qu’ils baptisent pour que la boucle soit bouclée staliniens sans jamais donner à lire ce qu’ils disent réellement .

 

Et ce sont ces pitres qui s’arrogent le monopole de la pensée communiste, laissez moi rire, si cela n’était tragique… » 

 

Danielle Bleitrach

 
Au terme de presque trente ans de pouvoir absolu sur l’URSS, Joseph Djougachvili, le « génial Staline », meurt.
 
HUMANITE.FR

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.