Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 930 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Les politiques d’austérité ont contribué à la victoire électorale des nazis

Les politiques d’austérité ont contribué à la victoire électorale des nazis

 

29 Janvier 2018

 par Claire Levenson — , mis à jour le 13.12.2017 à 10 h 19

 
Des économistes ont mesuré les effets de l’austérité sur le vote nazi dans l’Allemagne du début des années 1930. Malgré les stéréotypes complaisamment répandus sur ce vote- qui n’a jamais été majoritaire et qui était en chute libre (perte de 2 millions de voix) quand Hitler a été appelé comme chancelier par les Barons de la Rhur et les forces conservatrices- ce ne sont pas les ouvriers ou les chômeurs qui votaient pour l’extrême droite, mais bien la petite et la grande bourgeoisie. Les ouvriers et les chômeurs votaient à gauche et singulièrement pour le parti communiste qui avait fait une progression notable de 700.000 voix.
 
(note de danielle Bleitrach)
Adolf Hitler en 1931 | Recuerdos de Pandora via Flickr CC License by
Adolf Hitler en 1931 | Recuerdos de Pandora via Flickr CC License by

Plusieurs historiens s’étaient déjà penchés sur les mesures d’austérité mises en place entre 1930 et 1932 comme facteur de la montée du nazisme en Allemagne. Mais pour la première fois, une équipe internationale d’économistes a quantifié précisément l’impact de cette austérité sur le vote nazi.

 

Un lien statistiquement significatif

 

Quatre économistes des universités Bocconi (Milan), de Californie à Davis et de Londres ont analysé les données de votes de 1.024 districts électoraux allemands entre 1930 et 1933, pour voir de quelle façon la rigueur imposée par le chancelier Heinrich Brüning –réduction des dépenses publiques et augmentation des impôts– a affecté le vote.

«Selon la façon dont nous mesurons l’austérité et selon les élections analysées, chaque écart-type d’1% en termes d’augmentation de l’austérité est associé à une augmentation de 2% à 5% de la part de vote pour les nazis», écrivent les auteurs.

Ils considèrent que la corrélation entre austérité et vote nazi est « statistiquement significative ». 

 

Si les Allemands pauvres affectés par la crise ont plutôt voté communiste lors des élections de 1930 et 1932, le vote nazi a augmenté chez les classes moyennes et supérieures, dont les impôts ont été augmentés par Brüning.

 

Une leçon qui ne s’applique pas à tous les contextes

 

Les auteurs ne suggèrent pas que les mesures d’austérité étaient la principale cause de l’arrivée du nazisme au pouvoir, mais qu’il s’agit d’un facteur à prendre en compte, d’autant que les nazis avaient fait campagne avec un message anti-austérité –mâtiné de nationalisme et d’antisémitisme.

«La coalition qui a permis à une majorité de former un gouvernement en mars 1933 n’aurait peut être pas pu être constituée si la politique fiscale avait été plus expansionniste», écrivent-ils.

Il est cependant difficile d’appliquer cette leçon de façon systématique à d’autres contextes, tant une multitude de facteurs entrent en compte.

En Grèce, la crise économique de 2008 et les politiques d’austérité qui ont suivi ont certes contribué à la montée du mouvement néonazi Aube Dorée, mais en Espagne, par exemple, l’austérité n’a pas mené à une résurgence de l’extrême droite.(1)

(1) Il est difficile de mesurer ce qui relève de la droite ou de l’extrême-droite en Espagne , vu que le PPE qui se dit de droite est en fait l’héritier direct du franquisme. Ce à quoi on a donc assisté c’est à la débâcle du parti socialiste, qui comme partout y compris en Allemagne face à la montée d’hitler s’était illustré par une politique d’austérité et même des mesures contre les syndicats et les droits des travailleurs. la différence était dans le fait qu’il n’existait plus un parti communiste comparable à celui qui existait en Allemagne. Depuiqs l’Eurocommunisme et les errances de son dirigeant Santiago Carillo, ce parti avait connu une quasi disparition (note de Danielle Bleitrach°

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.