Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 960 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

38ème Congrès du PCF section du Bassin d'Arcachon

Parti Communiste Français 61bis avenue de la Libération 33380 Biganos - Mel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Le site étant bien référencé n'hésitez pas à utiliser www.google.fr pour vos recherches sur le contenu du site


Bienvenue sur le site PCFBASSIN 


  

 38ème Congrès du PCF contributions individuelles et collective de la section du Bassin d'Arcachon et du Val de Leyre

Préparation Congrès 2018 : Assemblée Nationale des secrétaires de section/ 18 novembre 2018

 

2e ASSEMBLEE GENERALE DE SECTION (Bassin Arcachon Val de l’Eyre) - Biganos/ 10 novembre 2017. [Suite...]

PCF Bassin Arcachon Val de l’Eyre Motion/Déclaration du Bureau de Section, suite à l’AG du 13 octobre 2017. [Suite...]  

Réinterrogeons-nous ! Jacky CUSOL 33 Le Barp. [Suite...]

A propos du questionnaire soumis aux communistes (??). Bernard Trannoy 33138 Lanton. [Suite…] 

Quelques réflexions cursives avant congrès Ivan Lavallée (Lanton 15 novembre 2017).

http://www.ivan2015.com/2017/11/reflexions-pour-un-congres.html  

 2018 BS Invitation 20 01 18 Maquette Page 2

 

Parti Communiste Français 61bis avenue de la Libération 33380 Biganos Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser." style="font-family: Arial, Helvetica, sans-serif; font-size: 13px; color: #27aee7;">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

Ma 49èmeCarte PCF

Certains instants de la vie restent et resteront toujours gravés dans nos mémoires.

Personnellement, cette journée du 30 septembre 1970 restera pour toujours un moment très important de ma vie : à 15 ans et 7 jours, avec ma première feuille de paye d'apprenti en main, j'adhérais au PCF ainsi qu'à la CGT mais c'est une autre question.

Quelle joie de rejoindre ces combattants de la Justice, de la Liberté, de la Paix         

Quel honneur de rejoindre cette "famille communiste" faîte de femmes et d'hommes dont certains ont donné leur vie dans leur lutte quotidienne pour que nous vivions mieux.

Quel espoir de faire partie de ces personnes de toutes origines qui se réunissent pour réfléchir ensemble et pour proposer des solutions d'avenir, des solutions modernes visant à changer la vie.

Quelle responsabilité d'être membre du seul parti qui agît pour rassembler sur des bases claires et qui en faisant des propositions concrètes est naturellement à l'avant garde de la victoire du peuple face au capitalisme.

Dans cette période où petit à petit, au jour le jour on supprime tout ce qui fait la particularité de  la France, avec sa sécurité sociale, ses retraites, ses services publics sociaux en particulier presque toujours acquis grâce à l'action du PCF,  où les attaques successifs  de la droite et la collaboration passive des sociaux-démocrates permettent aux capitalistes et à la finance de diriger le monde d'une manière de plus en plus proche du fascisme, et après toutes ces années, comme beaucoup à l'intérieur ou à l'extérieur du Parti, je me pose des questions :

       Pourquoi continuer le combat ?

       La France a t-elle besoin d'un PCF ?

       Notre action est-elle encore utile, visible, efficace, nécessaire ?

Pour tenter d'y répondre, une exigence s'impose : savoir peser le pour et le contre, savoir faire le point et surtout savoir faire le bilan de notre action. Mais c'est difficile car il est évident que l'on a toujours du mal à s'avouer à soit même : "j'ai eu tort ou je me suis trompé", mais collectivement cela exige une franchise totale sans aucune concession ou excuse, ce n'est pas évident !

Comment analyser la situation sociale, politique et humaine qui nous amène à se poser de telles questions ?

Je pense qu'il ne faut rien laisser dans l'ombre, ne rien oublier, ne pas simplement gommer des erreurs mais au contraire tout se dire afin d'être au cœur du combat d'aujourd'hui en cette fin de règne du capitalisme et de participer à la construction de demain.

Pour cela une priorité : essayer de faire dans le cadre de la situation actuelle, un véritable bilan de l'action du PCF et de mesurer notre responsabilité collective et individuelle.

La situation politique, sociale, démocratique et humaine de notre pays est désastreuse. C'est un recul de société sans précédent avec la casse de tous les acquis sociaux et démocratiques, les services publics etc.

Une grande partie de la droite et du parti socialiste sont réunis autour des objectifs ultra-libéraux, ultra capitalistes de Macron.

Les actionnaires qui gagnent de plus en plus de milliards, ils battent des records de profits mais ils en veulent encore plus au mépris des conditions de vie et même de l'existence des peuples.

Un FN plus que jamais dangereux car il a réussi à tromper beaucoup de personnes qui ne supportent plus leur façon de vivre et la manière dont est dirigée la France. Le fascisme s'est toujours appuyé sur la misère, la division, le racisme pour imposer ses idées.

Des formations politiques cherchant à s'identifier "de Gauche" alors que des désaccords de fond, des divergences stratégiques et des contradictions immenses les séparent.

Une abstention record qui démontre le désarrois de nos concitoyens.

L'état de notre PCF est malheureusement à la hauteur de cette situation désastreuse et comme le disait un grand patron : on ne fait pas la même politique avec un PCF à 15 % ou à 5 %.

     Nombre d'adhérents en chute libre.

     Nombre d'élus en forte baisse.

     Une trésorerie locale, départementale et nationale en limite de rupture.

    Une vie démocratique pour le moins défaillante, là aussi au niveau départemental et national avec des feuilles de route à tiroirs, des consultations ou les 3 réponses possibles donnent un chèque en blanc aux personnes qui les organisent..

  L'utilisation de méthodes directement issues de la vie des entreprises comme par exemple des questionnaires ciblés, des courriers directs afin de pouvoir se passer du débat au sein des cellules et des sections, la mise en place de "ruches" visant à limiter le débat à certains aspects et où "l'abeille reine" fait une introduction qui est utilisée 1 heure après comme compte-rendu du débat etc.

    Des choix stratégiques et politiques qui expliquent  en grande partie ces échecs avec en particulier un silence inquiétant sur des enjeux essentiels.

    Des choix financiers internes pris sans l'avis indispensable de tous les communistes et cela parfois en totale contradiction avec nos statuts.

    Des renoncements accumulés comme sur notre histoire, sur notre identité, sur le rôle essentiel du PCF dans la mise en action du mouvement social, sur l'Union Européenne.

    Des discours se présentant comme révolutionnaires mais qui conduisent  en appelant à soit disant sauver la Gauche à des accords avec des sociaux-démocrates.       

   Car  même s'ils sont bien grimés (exemple :Mélanchon, l'ex héros qui propose le dégagisme comme si c'était la seule solution !, vous savez le Mélenchon qui s'associe à Noël Mamère le tueur de communistes à Bègles pour créer SA  télévision ou encore Tsipras le faux sauveur mais véritable bourreau de la Grèce), cela reste des sociaux démocrates.

   Des cadeaux électoraux répétitifs faits à des forces qui souhaitent publiquement terminer le travail de Mitterrand à savoir tuer le PCF.

Voilà à mon avis sur quelles bases notre parti, chaque militant doit réfléchir à la veille de notre futur congrès.

Après le négatif, je crois que du positif existe et que beaucoup de contradictions peuvent nous permettre de repartir à la bataille de manière sinon optimiste du moins déterminé.

  Il convient de critiquer ce qui est catastrophique dans la politique actuelle des gouvernements successifs mais l'urgence face à la démobilisation militante et électorale est de proposer des solutions concrètes.  C'est possible

   C'est la première fois depuis des décennies que notre peuple est très majoritairement contre le capitalisme et le seul parti révolutionnaire réellement anti-capitaliste est presque invisible et ne recueille quand il présente des candidats que des scores anecdotiques. Ne pas laisser les choses comme cela demande une bataille politique intense. C'est possible

   L'immense majorité des camarades du parti ainsi que beaucoup de citoyens sont très attachés au PCF et n'envisagent pas une seule minute sa disparition.  C'est possible

   Le parti a besoin d'entendre tous les avis, toutes les propositions tous les sentiments et bien des camarades souhaitent s'exprimer.  C'est possible

    Dans notre fonctionnement interne il convient de revenir à un fonctionnement réellement démocratique qui implique respect, écoute, prise en compte des avis différents. C'est possible.

   Au sein de notre parti, toutes les questions qu’elles soient financières, d'organisations ou d'initiatives comme nos fêtes par exemple, doivent être évoquées, discutées et les décisions doivent être prises par tous les communistes. C'est possible

    Sans vouloir à tout prix être toujours la locomotive des luttes, l'actualité nous impose de pas devenir le wagon de queue.  C'est possible

    Refaire vivre notre activité au plus près du terrain grâce à un fonctionnement politique et financier de nos cellules et sections. Sans être un exemple, le fonctionnement de notre section prouve que l'on peut réunir et débattre au sein du parti : 10 à 15 camarades tous les mardis, 1 Assemblée de Section par trimestre. C'est donc possible

  Faire de la transparence un modèle de fonctionnement et non l’appellation d'une commission comme en Gironde.  C'est possible

   Reprendre contact avec tous les communistes qui ont quitté le parti pour des raisons diverses mais dans tous les cas respectables, à revenir travailler avec nous car le parti et notre pays a besoin de d'eux.  C'est possible

  Je pense aussi aux camarades qui ont été durant de nombreuses années des piliers de notre activité et qui aujourd'hui renoncent à leur fonction car ils se heurtent à des incompréhensions et même à des reproches totalement injustifiés. Leur demander de "reprendre le collier". C'est possible

   Lors de notre prochain congrès, il est indispensable de faire un véritable point sur l'activité de NOTRE PARTI COMMUNISTE car une stratégie qui a totalement échouée ne peut pas être poursuivie. Il faut exiger une clarté sur les objectifs, sur la responsabilité de nos exécutifs à tous niveaux.

   Un renouvellement des camarades exerçant certaines responsabilités exécutives est à mon avis à envisager sans pour cela faire de cette question une affaire de personne. C'est possible

Voilà pourquoi je vais prendre ma 49ème carte du Parti Communiste Français car des solutions existent, des engagements sont à prendre, un projet doit voir le jour, la clarté, la fraternité, la confiance et le travail en commun doivent redevenir notre force principale.

Dans le cadre de notre futur congrès, j'invite tous les communistes non seulement à prendre ou reprendre leur carte mais aussi à donner leur avis, à agir, à militer pour ce que j'ose appeler :

Le Sauvetage du Parti Communiste Français qui passe par un renforcement du parti et de nos combats car la France a besoin d'un PCF et que notre action doit et peut être  plus que jamais utile, visible, efficace, moderne et nécessaire. 

 Si nous nous engageons vraiment ce sera possible.

Pierre Cléaz

 

Pour la paix, la sécurité, l'Alliance Atlantique, l'OTAN ne sont absolument pas la solution........ Mais le problème.

 

Pour le progrès social, pour des services publiques, de transport, de santé, d'éducation, etc... Pour la démocratie, pour la souveraineté l'U.E prolongement politique de l'OTAN ne saurait être en aucun cas la solution.......... Mais le problème. 

 

La démocratie, la souveraineté sont les éléments constitutifs de notre capacité à décider ce qui nous convient ou pas. La démocratie ne peut être que souveraine où elle n'est pas.

 

Les "dirigeants" du PCF en se refusant de prendre à bras le corps ces 2 questions, ne font que sombrer dans la mouvance social-démocrate, qui considère le capitalisme comme la fin de l'histoire. En fait ils sont devenus très largement anti communistes, opinion respectable, certes, mais ils devraient en tirer les conséquences et quitter le PCF auquel ils ne croient plu, alors qu'ils dégagent. Le temps de payer les factures finit toujours par se présenter.

 

Toute économie à besoin d'instruments de régulation de ses échanges avec le monde extérieur. Elle a à sa disposition deux instruments, soit l'instrument monétaire, soit l'ajustement du prix du travail (part salariale, comme part socialisée). En se refusant à se réapproprier la capacité de battre monnaie (mère de toutes les souverainetés) on adhère de fait pour une politique d'ajustement par le prix du travail.

 

Refuser la remise en cause des droits sociaux et accepter l'U.E bras politique de l'OTAN et son €uro sont des positions antinomique. Le beurre ou l'argent du beurre il faut choisir.

 

   Bernard Trannoy

 

Sans octobre 1917 nous n'aurions pas pu créer la sécurité sociale en 1945


Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.