Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 893 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Conseil National des 9 et 10 février, Un CN différent pas encore extraordinaire mais sur le chemin. Place du bilan et composition de la commission de rédaction de la base commune. La direction battue sur la composition de la commission

 

, par  Paul Barbazange
pdf | 
 
Quelle sera la place du "bilan" lors du 38ème congrès. Sera -t-il la cinquième roue de la charrette comme essaie de nous y conduire les interventions du secrétaire général ou ira t-on vers un débat ouvert, sans tabou ? Un conseil national ouvert, se terminant par le rejet pur et simple de la commission de rédaction de la "Base commune" proposée par le CEN sortant laisse ouverte la possibilité d’un 38ème congrès réellement extraordinaire.
 

Deux interventions au fil des débats.

 

Première intervention vendredi après midi dans le souci de croiser l’expérience des Etats généraux, de la difficulté à contribuer aux luttes, avec la question du bilan pour un congrès extraordinaire.

 

Les "états généraux du progrès social" bien que compliqués à mettre en oeuvre ont permis dans ma section un compte rendu collectif unanime de la part de camarades porteurs par ailleurs d’ appréciations différentes. Nous demandons et nous travaillons à des réponses politiques "plus communistes" quel que soit le sujet. Nous souhaitons dégager une perspective communiste en relation étroite avec notre connaissance du développement des forces productives et d’un travail à mener sur notre histoire, sur les rapports de force actuels. La longue série décennale d’échecs électoraux et politiques maintenant compliquée par l’absence, pour le moment, de luttes convergentes rend le saut qualitatif compliqué pour tous. Mais il n’ y a plus de perspectives en restant dans un simple état des lieux combiné à une nouvelle proposition d’union de la gauche comme porte de sortie, ce qui est aujourd’hui la position affichée de la direction. Les dominés, les exploités, les classes populaires ont besoin d’autre chose.

 

Je veux être plus précis, d’importants constat d’actualité sont faits : protection sociale, hôpital, EHPAD, état de l’industrie ; la précédente intervenante vient de rappeler notre positionnement historique solide sur la production d’électricité non carbonnée à partir de l’énergie nucléaire... mais au delà ? Quoi ? 

 

- Quelle place est donnée au salaire et au pouvoir d’achat, question au coeur de tous les affrontements de classe, question sur lequel le PCF s’est construit, a été utile dans les années 50, 60 70 ? Quelle place avec les nouvelles formes de production pour le salaire socialisé ? 


- Qu’est ce qui est porté comme perspective de lutte sur la protection sociale, la sécurité sociale et son financement (santé, enfance, retraite, demain dépendance) alors qu’en face Macron et le patronat s’en donnent à coeur joie amplifiant la cohérence des gouvernements droite ou gauche précédents ? 


- Sommes nous capables de définir, de nommer, la perspective de société en rupture avec le capitalisme pour laquelle nous combattons ? En les nommant : socialisme et communisme ... avec leur nécessaire contenu d’appropriation collective et de retour au collectif face à l’individualisme.

 

L’effacement de ces questions nous rendent inaudible. Retrouvons une perspective compréhensible.

 

Le 38 ème congrès ne pourra se dérober sur ces questions et quand les camarades très majoritaires demandent un bilan, c’est bien de cette capacité à proposer la rupture dont il s’agit. Ce bilan doit comprendre : l’état de l’organisation et lepatrimoine du parti, le nombre et tout ce qui concerne l’activité des élus, des premières réflexions sur la tactique....

 

Oui, nous avons besoin d’une base commune, nous ne pouvons comme aux précédents congrès repousser les questions que nous pose l’histoire. Dans la phase préparatoire actuelle la base commune doit être réellement commune, donc ouverte. Un texte qui pose toutes les questions, sans tabou. Un texte qui permet à chaque adhérent de réfléchir de choisir entre différentes analyses et hypothèses. Nous avons besoin d’une direction respectueuse du sens pris par les communistes, pour que les réponses soient construites par les adhérents dans les débats et non par des prises de positions visant à l’occupation des médias par quelques dirigeants. 


En fait il nous faut déjà rompre par la forme de la base commune avec beaucoup de ce qui a été fait depuis 20 ans. C’est ce qui rend pour tous la situation si compliquée à ce CN. La situation radicalement nouvelle avec notre quasi effacement national, l’effondrement du PS, la place totalement dominante de la social démocratie de Macron à Mélenchon nous y oblige.

 

Des forces importantes et diverses existent dans le parti et assez loin dans la mouvance communiste. Le renouveau de l’utilisation de la pensée de Marx, l’attrait sur les jeunes générations, la violence du capitalisme tant en France que dans le monde, le recul que nous donne plusieurs décennies sur notre propre stratégie permettent un 38 ème congrès extraordinaire. C’est à nous communistes, c’est à nous direction nationale aujourd’hui d’en décider.

 

Deuxième intervention, samedi en milieu d’après midi, juste après la prise de parole de P. Laurent.

 

Mesurons ensemble l’importance des trois dernières interventions après les 40 minutes de prise de parole de Pierre Laurent. Elles demandent toutes à partir d’expériences différentes un véritable bilan et de revoir totalement la commission de rédaction de la base commune. Je reviendrai sur cette question en fin de mon intervention. Le débat, intense, riche, divers ce matin a ouvert des portes vers un congrès réellement extraordinaire. P Laurent dans son intervention vient, par le fond des idées qu’il a reprises, de menacer de les refermer.

 

Je m’explique, nous avons besoin d’un congrès différent, réellement extraordinaire, différent de ce qui a eu lieu ces dernières décennies. Le secrétaire général dans la note d’étape "Bilan et avenir de notre démarche stratégique : 6 questions à débattre" distribuée hier, dont il est le principal rédacteur nous dit "Croisons les choses", "Ouvrons le débat". il vient de nous redire mot pour mot une note qui renvoie le bilan au 5ème rang des questions travaillées ! Véritable cinquième roue de la charrette, quoi ! Il nous dit ouvrons les débats mais ne changeons rien, continuons, même si les résultats, le réel finalement nous condamne.

 

Depuis ce matin beaucoup d’intervenants ont dit la grande difficulté, jamais connue à ce niveau, à engager les camarades les militants dans les débats. Il est encore possible d’y parvenir si nous brisons les tabous. Pas par des réponses toutes faites par en haut, un débat autre que les échanges par internet : dans l’échange vivant des cellules, des sections, des fédérations. Un camarade a rappelé ce matin le besoin de véritables "disputes" au sens de l’affrontement fraternel d’idées. Nous en avons besoin. La présidence me demande de conclure. Pour les raisons que je viens de donner, en convergence avec une grande majorité des interventions, je ne voterai pas la composition de la commission qui nous est proposée, elle vise à reproduire le passé, et je demande qu’une autre construction tenant compte des débats de cette cession du CN soit proposée pour la rédaction d’une base commune ouverte, sans tabou. Le 38 ème congrès extraordinaire en découlera.

 

Paul Barbazange section de Béziers, Hérault.

 

La tribune prenant acte de son échec quasi assuré si elle proposait la commission telle quelle après plusieurs tergiversations a fait voter la décision de soumettre par un vote internet une autre composition. Il reste que le coeur du débat n’était pour personne une liste de noms mais le contenu à venir de la base proposée comme "commune".


Documents joints

Vos commentaires

 

  • Le 12 février à 18:22, par pedrito En réponse à : 

  • Place du bilan et composition de la commission de rédaction de la base commune

  • A ceci près que les échanges sur internet sont significatifs d’un IMMENSE besoin de communisme, et non de servir de cinquième roue à un ps politiquement corrompu

     

    Le 13 février à 09:02, par Michel BerdaguéEn réponse à : 

    Place du bilan et composition de la commission de rédaction de la base commune

     

  • Bonjour Paul
    Cher camarade ,


    Tout d’abord une sacrée coquille ....! très signifiante .


    Ce secrétariat national sortant puisqu’il y a Congrès dit extraordinaire après celui de 2016 a un secrétaire non pas général comme tu le dis en préambule, il n’y a au Parti et depuis longtemps des secrétaires à tous les niveaux et bien sûr au national.


    Le qualificatif de général je l’ai souvent entendu de la part de communistes intervenant en public, ce qui montre une grande confusion et une approbation du dit national comme la dite direction.


    Non il n’ y a qu’une seule direction c’est celle des Communistes organisés ! Même après ce 38 e Congrès il n’ y aura pas de secrétaire "général" dit de "direction" voire une, un dirigeante tant qu'il y aura une équipe de camarades élus en Congrès au plan national qui SAIT que tout part de la vie des cellules entreprises surtout et quartiers, sections et " monte " au départemental, régional ...le national qui lui a la charge de coordonner toutes ces remontées sur la base de la stratégie annoncée et votée au Congrès , et si des contradictions à différents niveaux sont manifestes , un " extraordinaire " et si c’est pour répéter les mêmes graves erreurs c’est NIET .


    Cette confusion donc entre général et national révèle beaucoup du malaise dans le Parti , il y a confusion avec le Secrétaire Général du syndicat qui reconnaît la Lutte de classes et inscrite dans ses statuts, la CGT, qui lui est qualifié de général . D’où dans certains esprits de communistes de dire les dirigeants, la direction comme si ces camarades ayant des responsabilités importantes doivent se placer à nous diriger.............non là il y a un impossible !


    J’avais écrit ici à Réunir les Communistes qu’il n’ y a pas de dirigeant - à part Jacques Duclos reconnu par le militantisme et le secrétaire national et les équipes l’entourant, il faut voir des vidéos de 1967 ...où Jacques Duclos terminant son intervention : " Communistes au travail ! " sachant que les communistes Debout bossaient durs, debout tout le secrétariat national le bureau politique applaudissant à tout rompre ! 


    L’idéal c’est que chaque communiste, donc de terrain lieux de travail et habitat, s’engage dans le militantisme ...communiste.


    Là se trouve toute la stratégie élaborée et votée ...et communiste bien sûr.


    Ta première intervention concernant le bilan à faire, sans ça les mêmes très graves erreurs se répéteront, a ça dans une explication ...."... l’effondrement du PS, la place totalement dominante de la social démocratie de Macron à Mélenchon nous y oblige. " nécessite une autre analyse . Macron social démocrate ? Bon je te laisse conclure. Quant au dernier c’est un genre opportuniste comme jamais, lamberto/mitterrandiste/maastri chien /roccardien (son maître à penser) / mouffiste (celle qui admire un juriste " brillant " nazi) comme tous les opportunistes très difficiles à classer, ça bouge tout le temps... pouvant aller jusqu’au pire si les limites ne sont pas signifiées surtout un anticommuniste comme lui ça c’est une constante. D’où les insultes à répétition sur le Parti, nos élus , que nous sommes sic "...morts " 


    Voulant nous plumer comme le Mite/Mite - c’ est ainsi que je surnomme Mitterrand depuis toujours -les Communistes ceux et celles qui sont organisés, les autres les plus nombreux, écoeurés et en dehors.


  • Ta deuxième intervention est nettement plus vraie, en effet que Laurent le secrétaire national actuel et sortant menace ...de refermer quoi les idées ? Sans débats mais il doit savoir que personne ne peut fermer des idées ... communistes ! En référence à Marx, Engels, Lénine, Rosa Luxemburg ... et beaucoup car communistes comme le vivant Bernard Friot du niveau des cités plus haut.


  • Au cours du CN et cela montre toute la force des communistes très vivants et d’éthique, n’ allant pas dans les communs mais communistes réunis et représentés par les communistes les ayant portés, mandatés pour les représenter.


  • Avec tout mon soutien pour tes conclusions de ton intervention .


  • Salut ....communiste , mais faut - il le préciser ? Face aux dérives social -démocrates, oui .

  • Michel Berdagué 
    Section de Paris 4 .

  • Le 13 février à 09:04, par Michel Berdagué En réponse à : 

  • Place du bilan et composition de la commission de rédaction de la base commune

  •  

    Ceci est à placer avant : Ta deuxième intervention est plus vraie ......

     

    "..... J’avais dit au secrétaire - sortant - lors d’une réunion à Fabien avec les communistes de la Région parisienne et des syndicats de lutte de classes la CGT en premier et Sud, donc à Pierre Laurent que nous ne devions pas suivre ce PS, cette social - démocratie qui allait chuter comme jamais, remplacée par une poussée d’extrême droite, et que nous ne devions pas en tant que communistes les remplacer par une social démocratie de relève, ce sera la chute assurée.

     

    Au pot qui s’ensuivit le secrétaire national n’était pas là ... partit avec que nous étions entre camarades, à discuter joyeusement et fort entre camarades.

  • L’abstentionnisme le prouve, nos troupes sont là, le salariat, le prolétariat, et au delà même, commerçants, artisans, paysans et responsables/petits patrons de PME/PMI qui face aux concentrations des monopoles privés, concentration comme jamais, ces PME sont à la merci des grands groupes privés capitalistes of course.

  • Les communistes ont les solutions, d’ailleurs c’est la seule voie, encore faut-il dire nos propositions et la stratégie pour les appliquer et non pas se noyer dans un brouillard soc/démo:eco/verdâtre en pleine déconfiture.


  • MB


    • Le 13 février à 14:42, par SARTON Bernard En réponse à : 
    • Je pense que la direction sortante est décrédibilisée et il nous faut donc envisager un renouvellement révolutionnaire des collectifs à tous les niveaux . Notre section d’Aubagne, tirant toutes les leçons des évènements passés(élections, luttes sociales perdues), s’autodirige par un collectif sans secrètaire de section. Et nous nous en portons très bien. Il nous reste à approfondir la participation active de tous les adhérents , anciens et nouveaux . Ce Congrès doit pouvoir ramener le PCF à une conception politique très révolutionnaire face à cette crise du capitalisme permanente et de plus en plus chaotique. Les luttes sociales se développent et les pouvoirs en place sont très vite impopulaires par l’inconsistance de leur politique d’austérité. Nous devons étudier dans le détail les résultats électoraux (Abstention, votes des partis, bulletins blancs et nuls, non inscrits) afin de parfaire notre travail politique de terrain.


      Le rassemblement des citoyens doit se faire sur une base de changement de société, d’une nouvelle république populaire allant vers la société socialiste-communiste. Les alliances de sommet sont inutiles car la militance de base rechigne de plus en plus à suivre les directives venant d’en haut. La désignation des candidats aux élections doit se faire par en bas et soumise pour approbation aux citoyens des quartiers populaires et dans les entreprises , si un candidat est rejeté il doit être remplacé et reproposé aux citoyens dans les mêmes conditions de vote populaire. Ce n’est pas avec 50000 militants qu’on peut gagner une Présidentielle, une législative , il faut des millions de citoyens mobilisés pour faire gagner un candidat communiste de qualité avec un programme dit révolutionnaire capable d’ouvrir le changement de société avec une participation citoyenne à plusieurs millions d’unités. Les masses faisant l’histoire, il nous faut appliquer cette loi sans aucune entrave statutaire et sans ordre de personnalités plus ou moins reconnues par le peuple. Si nous poursuivons dans l’avenir les mauvaises habitudes prises ces dernières années avec le programme commun, la gauche plurielle, le Front de gauche, l’alliance Mélenchon nous sommes en dehors des clous de l’histoire avec une social-démocratie collaboratrice active du capital. Les Travailleurs et la jeunesse attendent autre chose de nous , ils attendent une vision rapide d’un changement de société . La grande bourgeoisie l’ a sentie avec la promotion de Macron en utilisant les termes de Révolution, de nouveau monde, de transformation. Le "nouveau monde" c’est ce que nous devons proposer par l’intermédiaire de la "révolution populaire" pour "transformer" notre pays et la vie du peuple vers plus de bonheur en supprimant le chômage et la misère. 


      Tous les militants du communisme oeuvrent dans ce sens , encore faut-il leur permettre de gagner cette bataille contre le capitalisme sans aucun frein d’un soi-disant leader ou d’une caste d’apparatchiks aux cerveaux préfabriqués par des compromissions sans aucun résultat . Le mouvement dialectique de l’histoire humaine exige la participation par millions des citoyens partout en France et dans le monde.

       

      Bernard SARTON, section d’Aubagne

      • Le 13 février à 18:35, par Michel Berdagué En réponse à : 

      • Place du bilan et composition de la commission de rédaction de la base commune

      • A Pierre Sarton et camarades, 


        Eh bien c’ est par le Sud avec la chaleur et la lumière, Aubagne, Béziers ....


        Au dit " Progrès social " à Malakoff ateliers " Travail et emploi " du samedi 3 février 2018 ; une camarade de Perpignan cadre au chômage, une autre de Toulouse ville devenue Rouge suite à son intervention concise respectant les multiples questions des présents très nombreux dans la salle d’école pleine , oui y a soif de stratégie Communiste .


        Oui au bilan mais ne pas trop s’ attarder sur les dérives des 20 à 30 années et pourtant de Luttes qui n’ ont pas cessées , les causes sont connues, et il n’ y a pas à se morfondre avec .


        Par contre ouvrir toutes nos propositions , et pas une seule ligne dans nos tracts sur les analyses des malheurs et des conséquences de la contre révolution en marche cornaquée par le Kapitalisme en stade suprême de ce début de siècle et arrosé par l’ Impérialisme à qualifier de financier , nous le vivons trop dans notre chair , pas une seule ligne là , mais tout le tract consacré à nos propositions communistes , et elles sont nombreuses.


        C’est ce que disait aussi Bernard Friot dans la salle Louise Michel à la Bourse du Travail de Paris à République, réunion du http://www.reseau-salariat.info/, salle pleine de trentenaires, moins et plus et qqs cheveux blancs et ce pendant deux heures avec questions réponses, très riches, avec des échanges de qualité et communistes.


        Oui la soif de communisme est là, mais encore faut-il que ce secrétariat national sortant à Fabien ne nous mène pas dans le désert à errer sans issue .


        En effet c’est la grande bourgeoisie qui a promu le Macron, il faut voir la claque hystérique et la voix de l’élu qui ne l’est pas moins à la Porte de Versailles.


        A la Sorbonne au Séminaire de Jean Salem " Marx au XXIe siècle , l’ esprit et la lettre ", amphi plein à craquer, un camarade me dit : " il ne fera même pas qqs % , rien " ... moi doutant, mais j’ai été surpris de toutes les manipulations de style nutella des pubs manipulatrices signifiant le manque par le dit de rupture de stock de ce chocolat trafiqué, là c’est du kif kif un produit marketting du marché capitaliste et où les finances privées arrosent sans aucune limite.


        Etonnant le résultat, ah si il y avait eu une candidature communiste ....


        Salut .
        MB


  • Le 13 février à 19:40, par CN46400 En réponse à : 

  • Place du bilan et composition de la commission de rédaction de la base commune

  • Nous sommes au fond de la piscine. Pour remonter vers la surface, nous avons une équation simple à résoudre, une fraction élémentaire.


    Au numérateur, comment réaliser, dans la France actuelle le commandement de Marx : Prolétaires de France, unissez-vous ! Ce qui suppose de définir le prolétariat actuel, la bourgeoisie actuelle, le mécanisme actuel de l’exploitation et de nommer le tout avec les mots adéquats parce que clairs et précis.


    Au dénominateur il y a notre filiation qui ne peut être reniée, Lénine et la Révolution d’octobre qui a échoué en 1991. L’été 1871, Marx avait déjà tiré les leçons de l’échec de la Commune de Paris. Bientôt trente ans après 1991, nous ne savons toujours pas d’où est venu l’échec. Complot, déficit démocratique, la personne de Staline, la guerre froide, etc etc... et jamais la critique économique n’est avancée. Nous savons tous que les révolutions fleurissent toujours sur le terreau d’une crise économique ; pourquoi en serait-il autrement pour les contre-révolutions ? Il est temps, plus que temps, que le PCF donne une réponse crédible, et collective, à cette interrogation.


  • Le 14 février à 09:00, par Michel Berdagué En réponse à : 

     

    Place du bilan et composition de la commission de rédaction de la base commune

     

    au "CN46400 " ? Qui écrit ?


    1991 ne constitue pas un échec pour Lénine et la Révolution d’Octobre.


    La Révolution pour le communisme ne s’arrête pas là.

     

    La représentation des Communistes français en Russie pour le Centième anniversaire a du être surpris non pas de la mort du communisme en Russie mais au contraire de la vivacité des communistes dans ce grand pays, et des communistes dans le Parti, cf les élections passées et à venir... Poutine, et sa Russie patriotique et Unie vont, encore gagner les élections prochaines et il sera très intéressant de voir le " score " des Communistes Ruses , surprise ...?.


    Par contre ce qui est en ECHEC, une Bérézina cinglante, une gifle historique comme jamais ce sont tous les pt’its partis réactionnaires sponsorirés par l’Impérialisme de ce XXIe si dangereux, ces officines sont exsangues malgré tous les milliards versés et de faire même pas 1 % aux prochaines .


    Medvedev le libéral est mutique , atone et doit réviser les classiques Marx, Engels, Lénine, ...le matérialisme historique écrit par Joseph Staline .. entre autre , lus à l’école, une relecture est obligatoire pour comprendre, après un stage, appropriation dans le fouillis de la non pensée puisqu’Unique libérale, il se tient à carreau et il a raison .....! Devoirs de vacances donc par vacance de pouvoir néfaste pour la Russie et son Peuple si courageux .


    MB

    Répondre à ce message

  •  Le 14 février à 09:09, par CN46400 En réponse à : 
  • Place du bilan et composition de la commission de rédaction de la base commune
  •  

    @ MB
    J’ai donc rêvé, il ne s’est rien passé en 1991 à Moscou.....


    • Le 14 février à 09:41, par Michel Berdagué

    • En réponse à : Place du bilan et composition de la commission de rédaction de la base commune

    • Au X cn36400; non c’est dans l’état de sommeil que l’on rêve - les humains, quoique notre chat rêve aussi ...mais pas les machines/robots/ordi, en état de veille nous devons être : en instant de voir, le temps pour comprendre, et le moment de conclure.


      Michel Berdagué

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.