Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 952 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Le PCE récupère le léninisme pour le centenaire de la Révolution d’Octobre

 

04 Décembre 2017
Comme nous l’avons déjà signalé, voici d’une manière plus complète ce qui se dessine à partir du Congrès du Parti communiste espagnol et qui est une manière de rupture avec les choix eurocommunistes de Santiago Carillo, mais cela va au-delà d’un simple retour en arrière, il s’agit d’une construction originale (à suivre) .
 
(note et traduction de Danielle Bleitrach)

SARA MONTERO| Publié: – Mise à jour: 22:29

 

En 1978, le parti communiste, dirigé par Santiago Carrillo, a renoncé au léninisme. Cependant, le débat interne a toujours été vivant

 

Une étoile internationaliste sera ajoutée au logo du parti et celui-ci retrouvera un fonctionnement basé sur le centralisme démocratique

 

Le seul candidat au remplacement de José Luis Centella à la tête du Secrétariat général du PCE est l’avocat Enrique Santiago

XX Congrès du PCE
Deux drapeaux placés dans l’auditorium du XXe Congrès du PCE. / PCE (Facebook)

Le Parti communiste d’Espagne (PCE) n’aurait pas pu rendre un meilleur hommage au premier centenaire de la révolution russe au XXe Congrès du Parti. Ce samedi, la formation a retrouvé le léninisme 40 ans après son abandon au IXe Congrès et un siècle après la Révolution d’Octobre. Bien que le secrétaire général qui remplacera José Luis Centella n’ait pas encore été élu, l’avocat Enrique Santiago apparaît comme le seul candidat sur une liste consensuelle.

 

Le débat sur la nécessité d’incorporer explicitement le léninisme comme guide pour le PCE a toujours été vivant, avec plus ou moins d’intensité, au sein de la formation. Après la légalisation du parti sous le Secrétariat Général de Santiago Carrillo, le IX Congrès avait aboli le terme « Léniniste » en 1978 de sa définition en pleine Transition. Cependant, ce samedi, il a décidé par « écrasante majorité » de recentrer « l’analyse de la réalité et de sa pratique politique sur les apports du marxisme-léninisme et du socialisme scientifique », qui se combineront avec « des pratiques révolutionnaires, anti-impérialistes et de libération des peuples », selon le texte en débat auquel Cuartopoder a eu accès. Le XX Congrès a commencé vendredi et s’est poursuivi pendant la journée de samedi à Madrid.

 

« Le Parti communiste a toujours reconnu les contributions du léninisme au marxisme. Lénine a donné une pratique politique aux études de Marx, qui n’avait pas développé de théorie sur la manière de prendre le pouvoir et de le gérer », expliquent des sources du parti. Le premier changement que verront les militants sera dans le logo, auquel une étoile internationaliste à cinq pointes sera incorporée, en référence à l’union des travailleurs des cinq continents.

 

Ce retour au léninisme,  se concrétise entre autres,  sur le centralisme démocratique, qui repose sur la « discipline consciente » et l’« unité d’action » des individus, indiquent des sources la nouvelle direction. Lorsque les organes élus prennent une décision, tous les membres du parti doivent respecter la position de la majorité après un débat démocratique et un compte rendu de responsabilité. Cette forme d’organisation a provoqué des doutes au sein du parti, qui ont été dissipées par le Bureau du Congrès, après avoir expliqué que ce modèle est compatible « avec l’engagement historique du PCE envers une république fédérale des Etats », comme l’a informé l’organisation.

 

Le parti veut aussi développer davantage le militantisme et convertir tous les membres en  activistes. « Le défi de la direction sera que tous jusqu’au dernier militant aient un travail à faire sur nos fronts de lutte », a expliqué Enrique Santiago dans son discours. Une autre des priorités de la nouvelle direction sera de combattre sur le terrain le néolibéralisme et les politiques de PP. « Nous voulons mettre la question de la mobilisation et du conflit capital-travail sur la table. Il ne s’agit pas seulement de parler d’alliances lors des élections, mais aussi d’avoir le pouvoir dans la rue, d’avoir la capacité d’agir contre le libéralisme », expliquent les sources du parti.

 

Ver imagen en Twitter

El reto de la dirección, va a ser que hasta el último militante tenga un trabajo que realizar en nuestros frentes de lucha. @ensanro  

Certains militants ont également souhaité que le parti fasse une autocritique sur les comportements machistes dans le fonctionnement interne de la formation en présentant un document devant le Congrès, selon les explications de l’organisation. Ils ont demandé l’équité dans les détails tels que les tours de parole. Prêchant par l’exemple, la nouvelle commission de transition vers la nouvelle direction est formée par 6 femmes et 5 hommes et s’est prononcée à 82,4% en faveur de cette nouvelle orientation.

 

Enrique Santiago, l’avocat vedette d’IU

 

Une liste unitaire avec Enrique Santiago a été présentée au Congrès. Ce sera le futur comité central qui choisira le nouveau secrétaire général, mais l’avocat n’a pas de rival, alors on s’attend à ce qu’il soit nommé bientôt. Ce n’est pas la première fois que l’avocat participe à ce processus. En 2004, il a déjà tenté d’être nommé au secrétariat général du PCE, mais Gaspar Llamazares s’est finalement imposé dans un processus marqué par les controverses.

 

Ver imagen en Twitter

Me gustaría celebrar que esta es una candidatura unitaria, una candidatura paritaria, de género. @ensanro 

Au cours de ces dernières années, Santiago a eu un rôle remarquable d’avocat dans la négociation de l’accord de paix en Colombie, où il a démontré sa capacité à construire des pactes. Ses apparitions dans les médias se sont également multipliées lorsqu’il a représenté dans une accusation privée la gauche unie dans l’affaire Bárcenas.

 

Entre Santiago et le leader d’IU, Alberto Garzón, il y a une bonne harmonie. En ce qui concerne la vision de cette formation et de ses alliances, il est attendu la poursuite de la ligne déjà dessinée dans la première phase de son XXème Congrès et de la XIème Assemblée de l’UI. Le PCE veut rassembler « un mouvement politique et social » qui va au-delà de l’idée classique du parti.

 

« La priorité n’est pas tant la construction d’une convergence électorale, mais de l’unité populaire, en minuscule. Nous devons être unis dans la lutte contre les licenciements, les accidents du travail, les nouvelles lois pour recouvrer les droits, etc. Ce sont des luttes pour lesquelles nous avons toujours convergé avec des personnes très différentes d’autres sensibilités. Si cette unité populaire est forte, quotidienne et utile, l’unité populaire avec des lettres majuscules, l’élection sera effective », explique un membre de la nouvelle direction sur les relations avec d’autres formations telles que Podemos.

 

Dans son discours, Santiago a opté pour « la convergence avec des politiques d’alliances pour la défense d’une démocratie économique et sociale authentique » et a appelé à l’unité interne: « Nous allons montrer l’exemple en valorisant ce qui nous unit et en mettant fin à nos différences. Pas une minute de notre militantisme ne peut être gaspillée dans des batailles stériles qui ne mènent nulle part. »