Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1648 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

La lutte continue !

 

par  Marianne Dunlop

La lutte continue !Le 7 novembre, une manifestation et un rassemblement consacrés au 100e anniversaire de la Grande Révolution d’Octobre ont eu lieu à Moscou. Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées sur la place de la Révolution, au centre de la capitale.

 
 
Rouslan Thagouchev. Alexey Bragin. Photo Sergey Sergeev. Vidéo d’Alexei Chelyakov. Service de presse du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie
 
08-11-2017
 
Le meeting a été ouvert par le secrétaire du Comité de la ville de Moscou du Parti communiste de la Fédération de Russie V.R. Rodine. Ensuite, le chanteur Ovsyannikov a chanté les chansons ’Nous sommes l’armée du peuple’ et ’Je ne me séparerai jamais du Komsomol’. Après cela s’est tenue une cérémonie solennelle de remise de cartes du parti et du komsomol aux nouveaux adhérents. Puis la parole a été donnée au chef du Parti communiste Guénnady Ziouganov.
 
La bannière de Lénine est la bannière de la Victoire !
 
- Bonjour, pays ! Bonjour, peuple vainqueur, peuple travailleur ! Bonne fête, vive le 100ème anniversaire de la Grande Révolution d’Octobre ! Hourra ! - Ainsi a commencé son discours Guénnady Andreievitch.
 
Pensez seulement, continua le chef du parti communiste, ’il y a exactement 100 ans, en ce jour, les travailleurs de notre pays ont brandi le drapeau rouge sur la Russie. Les slogans immortels de Vladimir Ilitch Lénine se sont répandus sur toute la planète. ’Paix aux nations !’ - parce que la planète entière saignait pendant la Première Guerre mondiale. ’Du pain aux affamés !’ - parce que les trois quarts des citoyens étaient affamés. Lénine a demandé que la terre soit donnée à ceux qui y vivent et la travaillent. Que l’on donne les usines aux ouvriers et le pouvoir aux Soviets des députés ouvriers, paysans et soldats.
 
Il a été entendu tout d’abord par ceux qui créent les principales valeurs sur terre avec leur esprit et leur talent. Par les soldats qui versaient leur sang et pourrissaient dans les tranchées de la Première Guerre mondiale. Il a été entendu par les travailleurs des colonies duquelles le capital extrayait les derniers jus. Il a été non seulement entendu, mais activement soutenu tout autour de la planète ’, a souligné Gennady Andreevich.
 
Le coup de canon de l’Aurore’, a déclaré GA. Ziouganov, - a apporté à tous les habitants de la terre le marxisme-léninisme et la grande idée de liberté et de bonheur que tout travailleur mérite. Les projecteurs d’Aurore ont mis en lumière les ténèbres de l’esclavage capitaliste et montré la voie vers un monde digne des hommes qui vivent de leur labeur.
 
Tous les mensonges, la boue et la vaine agitation, qui essayent de faire taire le Grand Octobre et de pervertir ses conquêtes immortelles, sont indignes de notre attention’, note avec indignationt Gennady Andreyevich. ’Mais nous devons tous nous rappeler que la Russie a accompli sa grande révolution socialiste d’octobre dans la souffrance.’ Dans les luttes, les batailles, les défaites et les grandes victoires. Avant la révolution d’Octobre, la Russie tsariste avait perdu trois guerres d’affilée. Celle de Crimée, de manière honteuse et avec la perte du droit d’avoir une flotte à Sébastopol. La guerre russo-japonaise, avec la disgrâce et une perte de territoire pour la première fois en 900 ans. L’Empire russe s’est effondré pendant la Première Guerre mondiale, quand il se battait pour l’argent des banquiers de Londres, Paris et New York.
 
Lénine a proposé un nouveau monde’, a déclaré le chef du Parti communiste de la Fédération de Russie. - Le gouvernement soviétique a répondu à tous les défis de l’histoire. Au lieu d’une guerre mondiale, elle a proposé le premier décret sur la paix. Au lieu de la famine et de la dévastation, il a proposé un décret sur la terre, une NEP et un plan d’électrification pour l’ensemble du pays. En réponse à l’intervention de l’Entente, nous avons créé l’Armée rouge des ouvriers et des paysans. Et quand les fascistes s’en sont pris à nous, essayant d’écraser le pouvoir soviétique et de détruire l’URSS, nous avons répondu avec la démarche de fer du prolétariat. Avec l’exploit de la forteresse de Brest, la bataille de Moscou, l’héroïsme sans précédent de Leningrad et Stalingrad. Nous avons brisé l’épine dorsale du fascisme sur l’arc Orel-Koursk, rapprochant ainsi la victoire. La bannière de la victoire sur le Reichstag est la bannière de Lénine du 17 octobre.
 
En réponse à la dévastation’, a poursuivi Ziouganov, - nous avons été les premiers à nous débarrasser des cartes de rationnement. Et quand à Bruxelles, en 1958, une exposition mondiale s’est ouverte, tout le monde a regardé avec stupéfaction notre premier spoutnik. C’était la plus grande réalisation de la science et de la technologie du pays soviétique. Tout le monde a regardé avec admiration notre centrale nucléaire. C’était la première fois au monde que l’on apprivoisait l’atome pour le faire servir aux intérêts de la paix. Tout le monde a regardé avec émerveillement la première moissonneuse-batteuse automotrice, créée par les ouvriers et les ingénieurs de Rostselmash, et notre « Volga » GAZ-21, reconnue comme la meilleure voiture du monde ».
 
Quand ils disent que nous ne pouvons rien faire, que nous n’avons pas écouté ceux qu’il fallait, que nous n’avons pas suivi le bon chemin, que nous n’avions pas les bons dirigeants, c’est un non-sens total ! – a souligné le chef du Parti communiste. ’Nous avons écouté ceux qu’il fallait !’ La modernisation de Lénine-Staline pendant 20 ans a augmenté la puissance du pays 70 fois. Tous les salopards du monde détestent Lénine et Staline pour le fait qu’ils ont réussi à élever un pays sur le point de se désintégrer, semi-lettré, sous-développé, aux sommets de la victoire et du cosmos. Ils détestent Lénine et Staline parce que les travailleurs sont devenus les maîtres, et que chaque jeune homme avait le droit d’étudier gratuitement, chaque citoyen avait droit à un traitement gratuit et à un soutien social complet.
 
Ils nous détestent pour la raison’, poursuit Gennady Andreyevich, ’que nous avons gagné sans la cinquième colonne et la bourgeoisie. On a demandé à un vieil homme la raison de ceci : il y a 20 ans, nous avons perdu la Première Guerre mondiale, et ceux qui avaient alors 20 ans, et maintenant 40, ont mis en pièce une armée qui avait mis à genoux toute l’Europe. J’étais étonné de sa réponse. Il a dit qu’à cette époque il y avait des bourgeois qui ont tous trahi et vendu. Et pendant la Grande Guerre patriotique il n’y avait pas de bourgeois et il n’y avait pas de cinquième colonne.
 
Aujourd’hui, ceux qui ont trahi Octobre en 91, célèbrent la victoire’, a déclaré le chef du Parti communiste. ’Mais ils ont peur de vous.’ Ils ont peur des drapeaux rouges. Ils ont peur, donc ils cachent le mausolée. Peur de notre grande ère soviétique. Ils ont peur d’admettre que c’était le summum de la civilisation mondiale. Le pays soviétique, né en octobre, donnait un cinquième de la production mondiale. Dans 15 usines d’aviation, 1500 avions étaient produits en une année. Chaque troisième passager dans le monde volait sur des ’Il’ [Iliouchine] et des ’Touchki’ [Toupolev]. Nous fournissions un tiers des inventions du monde. Et aujourd’hui, de 20% de la production mondiale nous sommes tombés à 3%. Sur nos aérodromes on ne voit que des ’Boeing’ et ’Airbus’.
 
Nous pouvons tout faire’, a souligné Gennady Andreevich. ’Mais sous la bannière de Lénine, sous la bannière de la Victoire, sous la bannière de la Révolution d’Octobre’. En 91, nous avons été trahis, mais nous n’avons pas perdu la tête et les mains. Nous nous sommes rassemblés autour du Parti communiste de Russie et de l’Union patriotique populaire. Nous avons proposé le programme ’10 étapes pour une vie digne’. Des représentants de tous les continents de la planète sont venus à nous aujourd’hui. Les délégués de 131 partis ont pris la parole lors d’un forum à Leningrad et à Moscou. Nous avons adopté une résolution sur le ralliement de toutes les forces de gauche au nom du triomphe du socialisme.
 
Je suis absolument certain que la bannière du socialisme sera de nouveau levée sur la Russie et le monde entier. Un exemple de ceci est le travail de choc de la Chine communiste, qui est devenue la première ou deuxième puissance dans le monde, grâce aux idées de la Grande Révolution d’Octobre. Un exemple de ceci est le courage de Cuba fraternel, qui se bat pour son indépendance et montre comment on peut prendre soin des travailleurs. Un exemple de ceci est le Vietnam fraternel, qui, avec le soutien de l’URSS, a réussi à vaincre les Américains, et aujourd’hui regarde avec confiance vers l’avenir. Un exemple est le Venezuela légendaire, qui se bat désespérément et courageusement pour le socialisme. Ils sont nos invités, saluons-les, remercions-les et disons : ’Vive le socialisme prolétarien ! Vive le peuple-travailleur, le peuple-vainqueur ! Vive le 100ème anniversaire de la Grande Révolution d’Octobre ! Joyeuses fêtes, amis et camarades ! Hourra ! ’- a conclu son discours le chef du Parti communiste.
 
Notre principal ennemi est l’impérialisme !
 
Ensuite, la parole a été donnée au secrétaire du Comité central, chef du département international du Parti communiste de Cuba, Jose Ramon Balaguer Cabrera. Tout d’abord, l’orateur a remercié le Parti communiste et personnellement Ziouganov pour l’invitation de la délégation cubaine à participer à cet événement anniversaire. Il a noté que, grâce à la Révolution d’Octobre, le mouvement ouvrier et syndical était devenu plus actif dans le monde entier. Sous l’influence de la Grande Révolution d’Octobre, le fascisme a été détruit et le système colonial s’est effondré.
 
Le camarade cubain a souligné que la base de la doctrine communiste est l’idée humaniste de la lutte pour la paix, pour la stabilité et la sécurité internationales. Il a assuré aux participants du rassemblement que Cuba ne se détournerait jamais du développement socialiste et que l’exemple de la révolution socialiste d’octobre serait pour le peuple cubain et pour tous les peuples du monde une source d’inspiration pour la libération finale des chaînes de l’esclavage capitaliste.
 
Après cela, le secrétaire du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, premier secrétaire du komsomol de la Fédération de Russie, Vladimir Isakov, a pris la parole au micro. Dans son discours émouvant, il a noté que le Komsomol est né de la Grande Révolution d’Octobre. L’orateur a rappelé les pages héroïques de l’histoire du Komsomol léniniste, sur la participation à la guerre et la construction communiste. Il a également noté que ces grandes affaires du Komsomol ont été menées sous la bannière de Lénine-Staline. Avec les participants du rassemblement, le leader du Komsomol a promis de poursuivre le travail de la Grande Révolution d’Octobre.
 
Les problèmes du mouvement des femmes ont été décrits par la présidente du Mouvement social panrusse ’Union des femmes de toute la Russie -’ Espoir de la Russie ’ Nina Ostanina. Dans son discours, Nina Alexandrovna a noté que l’un des premiers décrets de Lénine a été de promulguer l’égalité avec les hommes. Seul le gouvernement soviétique a accordé des droits politiques aux femmes. Elle a également rappelé les acquis sociaux de la Grande Révolution socialiste d’octobre : ​​éducation gratuite et soins de santé gratuits, journée de travail de huit heures et soutien réel à la maternité et à l’enfance. Enfin Ostanina a exhorté le peuple russe à se lever résolument à la lutte des classes contre le gouvernement actuel.
 
À l’occasion de la Grande Révolution d’Octobre, le directeur de la Ferme d’Etat de Lénine dans la région de Moscou, Pavel Groudinine, qui dirige une entreprise célèbre en Russie et au-delà, a déclaré que le 7 novembre marque trois événements importants pour lui. Avec l’ensemble du pays, il célèbre le 100ème anniversaire de notre révolution, ainsi que le 85ème anniversaire de son père, qui a passé un chemin digne sous le pouvoir soviétique d’un petit paysan à une sommité académique. Et aussi le 50e anniversaire de la journée où il a été reçu chez les octobristes. Pavel Nikolayevich ne sépare pas son destin de la vie de tout le pays soviétique. Nous avons tous une biographie commune, a-t-il souligné.
 
Le chef du syndicat indépendant des travailleurs des transports publics, le chauffeur de tram Youry Dachkov, a rappelé combien les droits des travailleurs de l’URSS étaient protégés. Les syndicats soviétiques travaillaient dans l’intérêt du peuple du travail. Ce qui ne peut pas être dit à propos des syndicats modernes qui, dans les situations contestées, apparaissent toujours du côté de la bourgeoisie. L’orateur a noté que les droits des travailleurs ne sont défendus que par quelques syndicats indépendants. En conclusion, il a exprimé l’espoir que ’le travail et le socialisme gagneront nécessairement à l’échelle mondiale’.
 
Ensuite, les participants du rassemblement ont été félicités par le lieutenant-général, président de l’ ’Union des Officiers soviétiques’ Benov. Il a souligné que les membres de son organisation restent fidèles au serment soviétique. ’L’exemple d’octobre nous arme et appelle à l’héroïsme. Gloire à Octobre ! ’.
 
Le président de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique, Nicholas Papadimitriu, a prononcé un discours. Selon l’orateur, la Grande Révolution Socialiste d’Octobre est un événement colossal qui a changé le monde entier. Le Grand Octobre, comme l’a noté Nicholas Papadimitriou, a donné une impulsion aux mouvements anti-impérialistes, anticoloniaux et anti-fascistes. L’orateur a déclaré que les jeunes démocratiques progressistes du monde entier respectent l’histoire soviétique, honorent l’exploit militaire et ouvrier du peuple soviétique.
 
Nicholas Papadimitriou a noté que même aujourd’hui tout n’est pas calme sur la planète. Les puissances impérialistes continuent d’intervenir dans les affaires des États souverains, leur imposent leur volonté et les pillent.
 
Notre principal ennemi est l’impérialisme. Il est fort, mais nous l’emporterons toujours contre lui. Nous consacrerons toutes nos forces à la lutte contre l’impérialisme ’, a déclaré fermement Nicholas Papadimitriou.
 
Les interventions alternent avec des pauses musicales. Des chants révolutionnaires et patriotiques ont été interprétés par l’artiste populaire russe Vasyl Ovsyannikov, l’artiste émérite de Russie Mikhaïl Golovouchkine, la soliste du Théâtre académique national du Bolchoï Daria Davydova, le soliste du Choeur russe académique de l’État de Svechnikov Alexandre Nikolaïev, l’acteur de théâtre et de cinéma Nikolaï Sakharov. Le député de la Douma A.A. Iouchtchenko a également démontré ses capacités musicales.
 
À la suite de la réunion, une résolution a été adoptée, elle a été lue par le député Rodine.
 
Les communistes sont prêts à unir toutes les forces progressistes de l’humanité et à élever le drapeau rouge’, indique le document. « Nous sommes prêts à continuer notre lutte pour, comme il y a 100 ans, exiger l’incarnation des idéaux de la Grande Révolution d’Octobre avec ses slogans : « La Paix aux peuples ! », « Les usines aux ouvriers », « La terre aux paysans !, ’Le pain aux affamés !’.
 
Nous soulignons : notre patrie est forte par l’héritage de nos grands-pères et pères qui ont donné leur vie pour les idéaux du socialisme, pour un meilleur avenir pour leurs enfants. Avec nous, Lénine et Staline, Dzerjinski, Frounzé, Alexander Matrosov et Zoya Kosmodemyanskaya, Joukov et Rokossovski, Korolev et Gagarine. Nous avons des millions de vrais patriotes de la Terre des Soviets ’, ont déclaré les participants au rassemblement.
 
Traduction Marianne Dunlop