Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 886 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Comment construire une perspective politique: on ne fait pas de la politique avec de l’amertume

 

14 Juin 2017

Un Lénine original retrouvé à la National galerie de Kazan,puisque nous en sommes aux questions stratégiques.

 

A un ami insoumis qui répond à l’article de nos camarades algériens dans les termes suivants, j’apporte une réponse qui prétend s’interroger non seulement sur les élections, mais sur l’avenir d’une opposition disons de gauche faute de mieux.

 

L’ami dit : Avez vous bien lu JLM??? Dans l’ »L’ére du peuple » page 132 : nous combattons donc les 2 moteurs du système actuel : le capitalisme et le productivisme….. page 133 …. ce constat nous oblige à définir un nouveau modèle de progrès en rupture avec le capitalisme ….etc …. donc travaillons sur ce futur, échangeons au lieu de guetter le mot, l’attitude qui nous fait oublier qui est notre ennemi et faisons fonctionner notre esprit critique face la décervélation par l’idéologie des aitres du monde financier via les medias !


amitiés J.


Je lui réponds :

 

Mon premier réflexe est de faire preuve d’amertume et de vous dire que j’ai lu bien d’autres choses de JLM  et elles vont toutes dans le même sens: l’insulte et la volonté d’affaiblir le PCF, et ses actes appuient disons ce dévoiement. Ce qui prouve  quel « ennemi » il privilégie et combien le capital est le cadet de ses soucis.  En ce qui concerne les paroles, il a été abondamment relayé dans les réseaux sociaux par une bande d’irresponsables qui se permettent de nous faire la leçon et font le tri entre ce qu’ils appellent les dirigeants du PCF et les militants, ce qui est mal connaître les communistes qui veulent être maitres chez eux. Comprenez que pour nous l’utilité d’un parti révolutionnaire est une condition de lutte indispensable et que l’on soit dans le parti ou dehors, nous en sommes convaincus et nos efforts vont dans ce sens et pas celui d’un mouvement derrière un « chef » avec pour seule vocation les élections. Si nous sommes logiques avec nous mêmes, cela devra être notre première tâche et pas celle du type d’union.

 

Au niveau encore des actes, non contents d’avoir exigé que les communistes passent par les fourches caudines de « la charte des insoumis », ils ont présenté partout des députés contre nous qui étions leurs alliés et qui avions voté pour eux. Les cas sont multiples non seulement de la perte d’un député communiste, mais d’un autre auquel il a manqué 200 voix à cause de cela. Croyez moi l’élection d’une Clémentie Autain et même d’une MGB que je ne considère pas ou plus comme des communistes (à tort ou  à raison mais c’est comme ça) ne récupère pas ce gâchis dont la France insoumise est en tain de faire les frais. Je ne pardonne pas non plus les positions en retrait sur l’Europe à la fin de campagne, voir même sur l’Amérique latine, je n’ai aucune confiance en tout cela…

 

Mais je pourrais continuer longtemps sur le même ton et cela ne nous mènerait pas loin, ni vous ni nous, donc comme votre ton change de celui que l’on trouve dans les réseaux sociaux, et qu’on ne fait pas de la politique avec de l’amertume mais en privilégiant une perspective, je ne suis pas éloignée de votre position: oui il faut sauver ce qui peut l’être et tirer bilan de nos insuffisances et de nos idioties à tous si faire se peut. Mais il faut être bien conscient que cette perspective ne saurait se limiter au deuxième tour des législatives ou nous sommes réellement « foutus » …

 

Je résumerai le fond de ma pensée en citant pour finir un « ami » et néanmoins camarade Franck Marsal. Il a le mérite d’insister non seulement sur l’idée de sauver les meubles électoralement, ce qui n’est pas négligeable, ne serait-ce que parce que cela nous confronte aux errances stratégiques « parlementaristes » de nos dirigeants, mais se contenter de cette seule et désastreuse perspective serait une ânerie de plus parce que le terrain sur lequel nous allons devoir nous battre sera plus vaste et l'« ennemi » est en train d’y conquérir des positions.

 

« Qu’est ce qu’on peut entendre comme conneries parlementaristes en ce moment. Entre les macronistes, qui vantent le « renouvellement », et tous les autres qui se répandent sur « il faut des voix d’opposition au sein du parlement ».

 

Pendant ce temps, entre ordonnances, transformation de l’état d’urgence en régime liberticide permanent, prise de contrôle sur les services secrets, Macron prend directement le pouvoir entre ses mains, sous le contrôle discret mais efficace de tout ce que la bourgeoisie compte de lobbies et de réseaux de pouvoir.

 

Tout à fait d’accord avec Franck. parce qu’il faudra bien que vous teniez compte de notre position à nous communistes et qui est justement ou devait être celle de nos camarades d’Alger républicain. C’est une lutte à mort qui s’est engagée avec le capital et on ne peut pas l’améliorer. Cette illusion est terminée, depuis que la chute de l’Union soviétique a rendu impossible les pseudos-réformes de la social démocratie, l’illusion parlementaire, le combat est partout et doit désigner son véritable adversaire.

 

Je dirai également mon accord avec la remarque d’un autre ami J.P. Revery sous l’article des echos qui dit en titre « comment l’abstention a servi Macron (et en fait démontre le contraire): « Les électeurs ne s’abstiennent pas pour « servir Macron » mais pour boycotter un système entièrement contrôlé par l’oligarchie. »

 

Bon tout cela étant dit, me voilà soulagée parce que la balle est dans votre camp à tous, alors quand est-ce qu’on  commence,  sur des bases de respect mutuel en laissant chacun faire le ménage sur lui.

 

Danielle Bleitrch