Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 712 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Sur les relations entre potes à l'Assemblée nationale

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Sur les relations entre potes à l'Assemblée nationale

Cela se passe entre les 2 tours de l'élection présidentielle. Jean-Jacques Urvoas est toujours ministre socialiste de la Justice de François Hollande et Thierry Solère député farouchement de droite. C'est lui qui a dirigé l'excellente primaire à droite pour sacrer François Fillon candidat à la présidence de la République.

Mais plus aucun doute à drauche et à droite, un ex-banquier d'affaires, filleul de François Hollande et ministre du même, va s'asseoir sur le trône républicain dans le palais de l'Elysée. Et celui, qui deviendra Jupiter 2e du nom, cherche des ministrables à droite, mais aussi à drauche qui est la droite de la gôche. Me suivez-vous?

Mais pour être ministrable, sa Grandeur Macronléon veut du plus blanc que blanc. Merde, le ci-devant Solère a une petite enquête au cul, une toute petite pour fraude fiscale, blanchiment et trafic d'influence avec la sempiternelle présomption d'innocence qui sied bien aux hors-sol. Toutefois, Thierry Solère, qui se voit en haut de l'affiche, puisque le candidat de son coeur est à droite et à droite, sollicite Jean-Jacques Urvoas pour savoir comment va son enquête à son sujet. Rappel: Urvoas est socialiste et Solère de droite, donc sur l'échiquier politique, ils se combattent à mort.

Pourtant, le premier fournit au second une synthèse de l'enquête en cours provenant de la Direction des affaires criminelles et des grâces. Attention, pour rester blanc comme neige et montrer que la justice est indépendante du pouvoir exécutif, ladite note de synthèse est transmise suivant une messagerie cryptée.

Bien, Urvoas de gôche est battu à la législative et Solère de droite est réélu. comme député Les Républicains. Il change de mangeoire, c'est son droit si la soupe est meilleure. Il ne devient pas ministre, mais questeur à l'Assemblée nationale avec bureau, secrétariat, chauffeur, appartement de 400 met tout le tintouin qui va avec, plus 5 000 euros mensuels en plus des 5 000 euros comme député.

Tout allait si bien dans le meilleur du monde. Sauf que la police poursuivit son enquête et qu'elle découvrit dans le bigophone de Thierry Solère copie du document transmis par Jean-Jacques Urvoas à l'époque.

La perquisition au domicile de Solère a eu lieu le 25 juin dernier. L'affaire sort parce que la petite souris qui oeuvre pour le Canard enchaîné est passée ce mercredi. Sinon ni vu ni connu.

Résumons. Les procureurs sont sous la subordination du ministre de la Justice selon la Constitution de la 5e République et aucun pouvoir de droite ou de gôche n'a pas voulu déranger le fait que, par le biais du ministre de la Justice, on peut obtenir des infos sur une enquête couverte par le secret de l'instruction. Quitte à se passer l'infos entre hors sol de la politique politicienne.

Dites, la société civile macroniste, qui êtes majoritaire à l'Assemblée nationale, pour révolutionner la France, ça vous dirait que les procureurs ne soient plus sous la subordination du pouvoir? Et vous madame Nicole Belloubet, ministre actuelle de la Justice, ex-socialiste placée au Conseil constitutionnel par le pouvoir socialiste, qu'en pensez-vous?

Allez, j'ai des relations mondaines de Charles Trenet: ça date, mais tant que ça en politique politicienne.

 

Link1 | Link2 | Link3

Copyright © 2014. All Rights Reserved.