Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/pcfbassi/www/libraries/joomla/database/database/mysql.php on line 383

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/pcfbassi/www/libraries/joomla/database/database/mysql.php on line 383

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/pcfbassi/www/libraries/joomla/database/table.php on line 407
Deuxième tour…

Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1813 invités et aucun membre en ligne

Actualités


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/pcfbassi/www/components/com_content/models/articles.php on line 497

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/pcfbassi/www/modules/mod_articles_latest/helper.php on line 95

    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/pcfbassi/www/modules/mod_articles_latest/tmpl/default.php on line 13

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Deuxième tour…

 

Jacques SapirPar  · 

Il semble bien que l’abstention ait atteint un record historique pour le 2ème tour des élections législatives. Avec entre 56% et 57%, l’abstention franchit un seuil historique. Ce niveau met en doute la représentativité de l’Assemblée, alors même que se dessine une large majorité pour La République en Marche, et ce sans compter le MODEM. Il fragilise le pouvoir d’Emmanuel Macron, alors que ce dernier, avec son Premier ministre, entend mettre en œuvre des réformes extrêmement brutales. Ce taux d’abstention montre que la crise politique latente en France depuis le milieu du mandat de François Hollande n’est pas terminée. Même si elle ne peut s’exprimer dans un vote, elle va continuer à corroder la société et elle s’exprimera à la moindre des occasions.

 

Une gigantesque abstention

 

Il s’agit donc d’un niveau inouï de l’abstention. Ce niveau l’est à deux titres. Tout d’abord par le chiffre atteint, près de 8 points de plus que lors du 2ème tour des élections législatives de juin 2012. Il l’est aussi parce que les électeurs n’ont pas voulu inverser le mouvement du 1er tour, ou l’abstention avait déjà été très importante, atteignant 51,3%. Quand en 1981, en 1988, voire en 1997, le taux d’abstention avait été élevé (pour l’époque) au 1er tour, les électeurs avaient corrigé lors du 2ème tour.

 

On constate que l’abstention monte régulièrement depuis 2002, c’est à dire depuis qu’est entrée en vigueur la modification constitutionnelle ramenant le mandat du Président de la République à 5 ans, et faisant de lui, en réalité, le chef de la majorité parlementaire. Mais, dans cette tendance, ce 2ème tour du 18 juin 2017 marque une véritable rupture, par le saut quantitatif, tant en général que par rapport aux résultats du 1er tour.

 

Graphique 1

 

On dira que la démocratie est malade en France, ce qui est une évidence. Le transfert de compétences de plus en plus nombreuses vers l’Union européennes et sa bureaucratie, mouvement que le Président nouvellement élu veut d’ailleurs amplifier, participe de cette crise de la démocratie représentative en France. Il faut être aveugle, ou pétri d’idéologie, pour se refuser à le voir. La perte de la souveraineté de l’Etat se traduit par un processus d’étrangement entre le peuple et les institutions. Il faudra donc traiter cette crise ou être confronté à ses conséquences les plus déplaisantes.

 

Mais, cette abstention en dit long, aussi, sur le mécontentement des Français confrontés à une offre politique qui leur semble largement insatisfaisante. La constitution d’un « bloc » unissant le centre-gauche et le centre-droit pouvait apparaître comme un coup de maître. Mais, cette manipulation a son revers ; faute d’alternance crédible, les électeurs boudent les élections. D’une certaine manière, cette abstention extraordinaire a valeur de mise en garde tant pour le gouvernement que pour le Président. Elle correspond à une forme de grève de la part des électeurs. Si le parti du Président, La République en Marche, ne tenait pas compte du fait que cette abstention est aussi un vote de défiance à son encontre, il se tromperait lourdement.

 

Les causes d’une grève des citoyens

 

L’offre politique, ou plus exactement les partis qui concourraient dans cette élection, ne correspondaient pas à ce que les Français espéraient, c’est une évidence.

 

Si l’on a été confronté à un mouvement contre la classe politique traditionnelle, la manipulation qui a cherché à faire passer La République en Marche pour une nouvelle force n’a pu très longtemps camoufler le fait que ce « nouveau » parti est un assemblage hétéroclite de vieux briscards de la politique française et de « petits nouveaux » sans expérience, soigneusement drivés par des « coachs » dont le passé politique est long comme le bras…Cette prise de conscience s’est aussi traduite par un effondrement de la participation, tout comme elle s’est traduite par le (relatif) repli de LREM entre le 1er et le 2ème tour.

 

Il aurait pu, aussi, se traduire par une mobilisation en faveur des partis de l’opposition au Président. Mais, sur ce point, il est clair que ces partis n’ont pas réussi à attirer à eux les électeurs. On peut le comprendre avec les « Républicains » dont on ne sait encore aujourd’hui s’ils sont viande ou poisson, dans la majorité présidentielle ou dans l’opposition. D’ailleurs, on peut penser que certains des députés LR vont soutenir le gouvernement, ou a tout le moins approuver ses lois les plus discutables, par exemple dans le domaine social. Mais, ce même phénomène frappe aussi deux partis dont on pouvait penser qu’ils incarnaient une opposition au système politique.

 

Pour la France Insoumise, et ce en dépit d’un résultat honorable puisque ce mouvement est crédité de 19 députés, l’écart entre son programme et les militants qui le portent dans les circonscriptions a certainement joué, problème inévitable pour un mouvement extrêmement jeune. Ce mouvement, qui avait fait plus de 19% des voix au 1er tour de la présidentielle pouvait en effet escompter mieux. Conscient de ce problème, Jean-Luc Mélenchon s’est rabattu sur une dénonciation violente des réformes promises par Emmanuel Macron. Mais, ce retour à une politique de dénonciation ne convainc pas, et ne peut convaincre, les électeurs qui sentent bien, même si c’est confusément, que les problèmes sont d’une autre ampleur. Il était, et il est toujours, juste de dénoncer une loi travail en pire à venir avec les ordonnances promises par Emmanuel Macron, mais cela ne pouvait suffire. Il y a eu un problème de crédibilité, que ce soit sur les propositions institutionnelles ou sur la politique intérieure, la politique d’intégration, le rapport à l’islamisme radical et la lutte contre le terrorisme.

 

Pour le Front National, le bilan est à peu près le même. Certes, il augment son nombre de députés. Certes, il réalise une percée dans le bassin minier du nord de la France, percée qui vient équilibrer ses succès dans le sud de la France. Mais, il voit son nombre de voix se contracter fortement du 1er tour de l’élection présidentielle, ou Marine le Pen était en 2ème position avec plus de 21% des voix, et le 1er tour des législatives. Il paye assurément ses errements lors de l’entre-deux tour de la campagne présidentielle, et le débat désastreux, ou sa dirigeante, Marine le Pen, n’a pas su se hisser à la hauteur que ses électeurs attendaient d’elles. Cependant, le mal est plus profond. Le Front National paye son manque de professionnalisme ce qui conduit à un manque évident de crédibilité évident pour gouverner le pays. C’est cela qui explique le retrait vers l’abstention de nombre de ses électeurs de la présidentielle, et non des problèmes de « ligne » politique. Ce manque de professionnalisme, explique aussi pourquoi ce parti n’est pas capable d’articuler une versant positif aux dénonciations de son discours, en dépit d’efforts répétés mais hélas trop tardifs et trop dispersés. Or, pour pouvoir avancer, il faut être capable d’articuler un projet de manière cohérente. C’est ce qu’attendent les électeurs.

 

Crise politique et crise de légitimité

 

On dira, aussi, que les parti-pris des médias, qui ont porté à bout de bras la campagne d’Emmanuel Macron tout en se déchaînant contre ses adversaires, ont joué leur rôle dans cette abstention. C’est très probable, mais insuffisant comme explication. Que l’on se rappelle l’attitude de ces mêmes médias lors du référendum de 2005. Pourtant, ils avaient été incapables d’influer sur le vote des français.

 

On dira encore que les haines recuites entre la France Insoumise et le Front National, haines qui peuvent se comprendre et s’expliquer par le passé du FN mais qui aujourd’hui sont bien difficiles à justifier, ont eu leur part. C’est à nouveau probable, mais tout aussi insuffisant comme explication.

 

La vérité est que Emmanuel Macron et son mouvement étaient prêts, avaient une stratégie de conquête du pouvoir, quand leurs adversaires souverainistes ne l’étaient pas, se sont divisés, et n’ont pas été capables de formuler une véritable stratégie. En particulier, la distinction entre « le » politique et « la » politique n’a pas du tout été maîtrisée. C’est ce qui explique qu’une idée puisse être majoritaire, mais que les forces qui la portent peuvent aussi être défaites en rase campagne.

 

Mais, cet échec n’est que provisoire, et la victoire d’Emmanuel Macron et de son parti se révèle extrêmement fragile. La crise de légitimité qui découle de l’ampleur de l’abstention pourrait éclater rapidement si ce gouvernement se décidait à passer aux actes avec la brutalité qu’il prévoit.

 

La crise politique qui ronge la France n’est pas achevée. Nous n’en voyons pas la fin, ni même le début de la fin. Ce qui vient de se clore avec l’élection de l’Assemblée Nationale n’est en réalité que la fin du début.