Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1842 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Les janissaires du capital

 

Publié le 21 Avril 2017

à l'oeuvre aux champs Elysées

 

Sur les Champs-Élysées, le 20 avril au soir, après l'attentat. © Reuters

À qui profite le crime ?


Daesh ; VRP de Le pen et Fillon?


Le débat social marginalisé à deux jours du scrutin.


Du pain béni pour la réaction qui se saisie... "des balles au bond". 

 

Dès l'attentat connu, normale que le direct de la télé s'en empare. Condamnation immédiate, propos mesuré et expression politique de solidarité du plus grand nombre des candidats mais...

 

Fillon en direct durant 5 minutes à marteler la lutte anti-terroriste , à scander ses propos (son smartphone ?) d’« informations » qu'il détient, sur des complices enfuis dans Paris, de bruits de tirs dans d’autres quartiers. Rumeurs qui se révéleront sans sans fondement et seront toutes démenties dans la soirée. 

 

Mediapart de relever ce final : " Marine Le Pen, transcendée par l’événement, se lançait dans sa diatribe favorite : « Tout n’est pas fait pour mettre nos compatriotes à l’abri, je veux en finir avec le laxisme. » Et François Fillon condensait son propos au point de l’interrompre : « Il n’y a pas lieu de poursuivre une campagne électorale. » "

 

Comme sur les foires, le camelot ne peut bien vendre que si ses barons sont efficace.

 

Hier soir bénévoles ou autres, les barons sévissaient sur les Champs Elysées.

 

Curieux quand même comment ceux qui sont classés "alliés faisant du bon boulot" à l'autre bout de la Méditerranée, interviennent avec un à propos stupéfiant au moment où la question sociale commençait avec raison à occuper le terrain.

 

Barbier avait raison quand il disait que seul des attentats pourrait sauver la candidature de Fillon.

 

Que celle là ? 

Rédigé par Canaille Lerouge