Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1402 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Publié par  El Diablo

GATTAZ contre Molière

GATTAZ contre Molière

La « clause Molière » fait des vagues. Le président du Medef en personne est monté au créneau pour dénoncer les dérives « nationalistes » qu’il attribue à cette disposition. Celle-ci, qui a été votée par plusieurs Conseils régionaux (dominés par Les Républicains) prévoit que l’attribution d’un marché de travaux publics est conditionnée à l’engagement d’employer des salariés maîtrisant la langue française.

Officiellement, il s’agit d’assurer la sécurité sur les chantiers. Dans les faits, le but est de freiner l’extension galopante de l’emploi de « travailleurs détachés », traduction pratique de la libre circulation de la main d’œuvre au sein de l’UE. Un principe fondateur de l’intégration européenne qui permet de mettre les travailleurs des différents pays en concurrence directe les uns avec les autres.

Depuis l’élargissement de l’Union européenne à l’Est et la généralisation de cette règle sans restriction, des centaines de milliers de salariés sont ainsi embauchés par des sociétés souvent spécialisées à l’Est qui profitent des immenses écarts de salaire et de protection sociale entre Etats membres. Certes, un plombier polonais expédié en France bénéficie en principe du minimum salarial qui prévaut dans l’Hexagone. Mais, outre que cette disposition est bien souvent impunément bafouée à travers diverses astuces, les cotisations sociales, elles, sont celles du pays d’origine.

L’accélération de cette pratique a conduit le Parlement européen à adopter quelques semblants de garde-fous en 2014. Il fut alors promis que, cette fois, ces pratiques seraient sérieusement encadrées. Deux ans plus tard, rien n’a changé. Sous la pression notamment des PME du bâtiment dans les pays de l’Ouest, qui voient leurs marchés s’envoler au profit des grandes entreprises recourant à la main d’œuvre de l’Est à bas prix, une nouvelle révision est envisagée. Les dirigeants des pays d’Europe centrale font barrage.

[…]

LIEN VERS LA SUITE DE L’ARTICLE CI-DESSOUS :