Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 2570 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Défendre les libertés à l'horizon...

 

Publié le 21 Avril 2017

...pour mieux les laisser fouler

sous ses pieds

Image associée

Encore que dans le moment, les écolos semblent bénéficier d'un statut d'espèce protégée. 

 

En rappelant que l'état est détenteur après privatisation de 14% du capital et donc que rien ne se fait sans l'aval du gouvernement et les commandes militaires du très macronien LeDrian,  que le député de la circonscription est un des fervents supporters de B.Hamon.

 

Snecma Gennevilliers

 

NON à la criminalisation de l’activité syndicale

 

mercredi 12 avril 2017

 

Alors que patronat et gouvernement rappellent régulièrement leur attachement au dialogue social, la répression syndicale et les attaques contre les militants CGT se poursuivent.

 

Ainsi, près de 10 ans après une mobilisation impulsée par la CGT à la Snecma Gennevilliers suivie par 300 salariés, 9 de nos camarades sont aujourd’hui poursuivis.

 

Retour sur les faits. En 2008, la direction de Snecma licencie un jeune salarié sous prétexte d’une absence injustifiée. Le syndicat CGT, face à cette injustice, a donc mobilisé les salariés.

 

Ainsi, pour faire capoter le mouvement, la direction a prétexté que les camarades de la CGT auraient séquestré le directeur du site et la RH.

 

Après avoir été entendus par un juge d’instruction, les camarades, comparaissant en tant que témoins assistés, bénéficient d’un non-lieu. Snecma fait appel et la Cour d’Appel de Versailles confirme le non-lieu. Mais la Snecma ne lâche pas et interjette auprès de la Cour de Cassation, qui vient de casser l’affaire (en décembre 2016) et de renvoyer les 10 camarades (neuf dorénavant) devant un nouveau juge d’instruction.

 

La CGT condamne fermement toutes ces basses manœuvres, orchestrées par les directions, qui visent seulement à museler la parole des salariés et les libertés syndicales dans les entreprises.

 

Devant l’obstination de la direction de poursuivre ces attaques injustifiées contre les représentants du syndicat CGT de la Snecma Gennevilliers, la CGT continuera de soutenir ses camarades face à ces attaques.

 

La CGT dit non à la criminalisation de l’action syndicale.

 

PSA, Airbus, Air France, Goodyear, … cela suffit !

 

La démocratie doit aussi s’appliquer dans les entreprises et ne pas rester bloquée à leurs portes.

 

La CGT appelle au respect des libertés syndicales, à l’abandon de toutes les poursuites et à la relaxe des 9 camarades de la SNECMA.

 

Il va falloir que la question des zones de non droit (syndicaux, mais aussi civiques, politiques, économiques, citoyens) que sont les entreprises deviennent non pas un sujet de discussion mais un objectif de conquête.

 

A quoi servirait une autre République qui ne prendrait pas cette question à bras le corps pour abattre les bastilles patronales ? Qu'une machine à pérenniser l'existant et donc le système.