Le lauréat du Goncourt du premier roman refuse son prix, ce premier roman autour du communiste Iveton

 

14 Mai 2016

 Afficher l'image d'origine

Le  romancier Joseph Andras, lauréat du Goncourt du premier roman, a annoncé qu’il refusait son prix en expliquant que cette distinction était contraire à sa conception de la littérature, a-t-on appris vendredi auprès de l’Académie Goncourt et de son éditeur. Son livre lui-même a pour héros le militant communiste Fernand Iveton. Ce fut le nom de ma première cellule, nous l’avions baptisée ainsi parce que nous étions indignés par cette exécution . Le 11 février 1957, le militant du Parti communiste algérien (PCA), Fernand Yveton, un ouvrier, condamné à mort par la justice coloniale française pour avoir rejoint la lutte armée pour l’indépendance de l’Algérie, était guillotiné dans la cour de la prison de Barberousse, à Alger. Son recours en grâce avait été refusé par le président de la République, René Coty, avec l’accord du garde des Sceaux de l’époque, François Mitterrand, et du chef du gouvernement socialiste, Guy Mollet.  Et l’on doit entendre aujourd’hui un Manuel Valls, défendant le patronat insulter les communistes en les accusant de s’être trompés depuis 100 ans. Mais revenons à ce refus, merci à ce jeune homme pour sa conception de la littérature et de l’Histoire, Un jour Aragon m’a dit: vous l’ignorez mais il y a actuellement un jeune homme en train d’écrire fiévreusement et il défend la littérature, loin des honneurs et des médias. 

 

(Danielle Bleitrach)


 

L’auteur de « De nos frères blessés » (Actes Sud) a annoncé sa décision dans une lettre adressée à l’Académie Goncourt.Roman puissant autour de la figure du militant communiste Fernand Iveton, seul Européen exécuté durant la guerre d’Algérie (par Mitterand garde des sceaux alors), le livre de Joseph Andras, sorti seulement mercredi en librairie, ne figurait pas dans la liste établie par le jury de l’Académie Goncourt le mois dernier.
 
Agé de 31 ans, vivant en Normandie, le jeune romancier refuse de s’exposer dans les médias, avait expliqué lundi lors de l’attribution du prix son éditrice Marie Desmeures. 
 
Actes Sud a pris acte de la décision du romancier dans un bref communiqué.
 
« Hier, jeudi 12 mai 2016, Joseph Andras, lauréat du Goncourt du premier roman avec +De nos frères blessés+ (Actes Sud), a remercié les membres de l’Académie Goncourt et fait savoir que sa conception de la littérature ne lui permet pas d’accepter toute distinction de cet ordre. Les éditions Actes Sud prennent acte de la décision de l’auteur »« J’ai pris connaissance du prix +premier roman+ attribué à +De nos frères blessés+ par l’Académie Goncourt. Que ceux qui ont trouvé quelque intérêt à ce livre soient ici sincèrement remerciés — il n’en reste pas moins que je ne peux l’accepter: la compétition, la concurrence et la rivalité sont à mes yeux des notions étrangères à l’écriture et à la création. La littérature, telle que je l’entends en tant que lecteur et, à présent, auteur, veille de près à son indépendance et chemine à distance des podiums, des honneurs et des projecteurs », a indiqué l’écrivain dans sa lettre à l’Académie Goncourt et dont l’AFP a obtenu une copie.« Que l’on ne cherche pas à déceler la moindre arrogance, ni forfanterie dans ces lignes: seulement le désir profond de s’en tenir au texte, aux mots, aux idéaux portés, à la parole occultée d’un travailleur et militant de l’égalité sociale et politique », a ajouté l’écrivain engagé.Avant Joseph Andras, Julien Gracq est le seul lauréat à avoir refusé le Prix Goncourt, en 1951 pour « Le rivage des Syrtes » (Corti). Aucun auteur n’avait encore refusé le Goncourt du premier roman, créé en 2009.